Hier, dans toute la France, à l’occasion de la mobilisation contre la loi « Sécurité globale » qui a réuni de 155 000 à 500 000 personnes selon les diverses sources de désinformation (médias compris, surtout !), une centaine de fonctionnaires de police ont été blessés, certains – à Paris notamment – ont été roués de coups, tabassés, piétinés

 

Les images sont aussi choquantes, insupportables, que celles des policiers agressant quelques jours plus tôt, le 21 novembre dans le 17e arrondissement parisien, à l’entrée de son studio de musique, le producteur de rapp Michel Zecler.

Comme un film noir, un bad thriller, à peine les images insoutenables de ce tabassage – capté par des caméras de vidéosurveillance – mises en ligne sur le net par le site militant Loopsider, des footballeurs de l’équipe de France diffusaient l’événement sur les réseaux sociaux… et quelques heures plus tard ils en remettaient une couche, en publiant sur leurs pages Facebook et via Instagram le portrait de Michel Zecler, visage tuméfié, défiguré par l’agression ignoble d’une poignée de policiers : « Des comportements de délinquants », dénoncera quelques jours plus tard Frédéric Veaux, patron de la Police, qui s’est déclaré « scandalisé » par cette affaire. « Vous pouvez faire confiance à la Police nationale pour que ces événements soient traités avec la plus extrême sévérité une fois les responsabilités établies », a-t-il ajouté.

Hier, lors des manifestations contre la loi « Sécurité globale », des policiers ont morflé. Les images – Que la télévision publique s’est bien gardée de diffuser immédiatement… au cas où ce seraient les fonctionnaires de Police qui se seraient auto-agressés ? – sont flagrantes, violentes, montrant des comportements également inadmissibles.

Depuis ces agressions contre des policiers, aucune réaction du côté des pages Facebook de nos footballeurs (bi)nationaux, ces enfants gâtés de la République qui pourtant lui doivent beaucoup, à cette Ve République, solidaire et généreuse à l’égard de tous et de tout. Rien. Nada. Pas un mot pour dénoncer ces exactions contre des policiers. Ces joueurs en équipe de France ont pourtant, même du fond de leur banlieue (pour certains), bénéficié de l’égalité des chances qu’offre entre autre la République.

Faut-il encore croire Montesquieu lorsqu’il affirmait, au XVIIIe siècle : « Les grandes récompenses dans une monarchie et dans une république sont un signe de leur décadence, parce qu’elles prouvent que leurs principes sont corrompus »

On se souvient, déjà, afin que ces footballeurs-là dénoncent l’horrible assassinat dont a été victime le professeur Samuel Paty, décapité à la sortie de son collège, il avait fallu en quelque sorte leur tirer les vers du nez ! Il a fallu aller les chercher, les implorer, les prier ?… pour réaliser un clip au nom des valeurs républicaines, lesquelles visiblement ne font plus partie de leur panoplie d’être humain.

Plutôt que de la dépouiller, de l’alléger comme un produit Bio, la loi « Sécurité globale » devrait intégrer un nouvel article : les forces de l’ordre public républicaines à l’avenir n’escorteront plus (dans certains déplacements de leur vie privée) les footballeurs, lesquels pour leur protection devront désormais faire appel à des milices privées. Ainsi, ils connaîtront le prix à payer de leur Sécurité…

« Il a été décidé qu’on reparlerait, dès les petites classes, d’éducation civique, d’honnêteté, de courage, de refus du racisme et d’amour de la République. Il est dommage que l’école ne soit fréquentée que par les enfants » (André Frossard).

 

L.M.