(Capture d’écran BFMTv).

 

Ce matin, Libération et Le Parisien en tête, déterrent un scoop de dernière minute : « Donald TRUMP déclaré vainqueur… alors que Hillary Clinton a recueilli plus de voix ! ». Oh, la belle surprise ! Et, à l’image de la presse française, ces journaux crient « au voleur ! », s’indignant la main sur le cœur, ou presque, que « Donald TRUMP l’ait emporté au profit d’un système électoral atypique, basé sur les grands électeurs », allant jusqu’à parler du « paradoxe du système électoral américain »… Pour un peu, à leurs yeux, les Etats-Unis d’Amérique ne seraient pas une Démocratie. On croit rêver !

 

Comment les medias français, en 2016, peuvent-ils laisser de tels plumitifs écrire et raconter n’importe quoi dans leurs colonnes, sur les ondes et dans la fenêtre audiovisuelle ? Il est grand temps que la profession fasse le ménage et balaie ces journalistes de pacotille qui n’ont rien à voir (et à lire) avec le métier d’informer, tout simplement.

 

Si ces pseudos journalistes, ou plutôt commentateurs-ès-pipolisation avaient pris soin de vérifier leurs sources, pour aller justement jusqu’au bout de leur (dé)raisonnement, ils auraient admis que nous avons un système « équivalent » mais par arrondissements – dans nos grandes villes comme Paris, Marseille et Lyon – qui a permis justement, s’agissant de la cité phocéenne, à un certain Gaston DEFFERRE, d’être élu maire de Marseille alors qu’en voix d’électeurs sur la totalité de la ville il était minoritaire… Mais cela ne semble pas émouvoir nos « chers confrères ». Dont les analyses sont reprises en chœur par le système médiatique hexagonal… qui tourne en rond !

 

Le pompon, du côté de la haine anti-Trump, est à attribuer à une chercheuse de l’IRIS, une certaine Marie-Cécile NAVES, qui s’exprimait hier après-midi sur la radio publique France Infos : en cinq minutes, celle-ci – sans que la journaliste l’interviewant ne remette en cause une seule fois ses inepties – a déversé, déballé, un flot de clichés, d’âneries, de bêtises et de conneries uniques pour commenter l’élection de Donald TRUMP à la présidence des Etats-Unis d’Amérique. Inutile de vous expliquer davantage que Marie-Cécile NAVES n’aime pas Donald TRUMP. C’est son droit. Mais elle a aussi un devoir, en tant que chercheur – comme les journalistes – c’est d’expliquer les faits à partir des faits et non de ses convictions et/ ou de ses souhaits, voire de ses propres fantasmes. Il ne reste plus qu’à espérer qu’elle travaille bénévolement au sein de l’IRIS… Dans le cas contraire, la rédaction de Ouillade.eu est prête à lui assurer (car modestes nous ne sommes pas des donneurs de leçons, nous !, à la rédaction de Ouillade.eu) des cours de formation sur la parole objective.

 

Nous laisserons le mot de la fin au journaliste-réalisateur américain Michael MOORE, lequel avait prédit il y a quelques mois de ça cette large victoire de Donal TRUMP (rendons à César…) qu’il déteste pourtant pour ce qu’il représente, et qui hier après-midi dénonçait sur twitter : « Ces commentateurs, prédicteurs, sondeurs et autres journalistes qui n’ont fait que répéter leur récit en refusant de comprendre ce qu’il se passait vraiment »… Rien à rajouter, tellement c’est si bien dit. Thank you Mister MOORE.