« Ils peuvent blesser, ils peuvent tuer ». Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, en déplacement à Champigny-sur-Marne hier dimanche, où un commissariat a été la cible la veille d’une attaque d’une quarantaine d’individus à l’aide de mortiers d’artifice, a annoncé sa volonté d’interdire par la loi la vente au public, sur internet, de ces engins pyrotechniques qui seront considérés comme « des armes par destination »

 

Le Gouvernement va donc pondre une nouvelle loi. Laquelle viendra s’empiler sur la « Tour de Pise administrato-judiciaire » déjà existante. Et, surtout, inefficace, tellement les textes sont légion, la réglementation particulièrement éparpillée sur des alinéas et articles de loi devenus (presque) inaccessibles, inappropriés à l’époque en tout cas, introuvables, comme chercher une aiguille dans une botte de foin !

Pendant des décennies, depuis les catastrophiques années Chirac et l’instauration d’une illusoire paix sociale dans les banlieues, on nous a bassiné avec des mesurettes tellement fumeuses qu’elles n’ont fait qu’être le terreau de tous les trafics, lesquels désormais squattent la rubrique « faits-divers » dans les colonnes et sur les écrans des journaux. Prévention, embauche de Grands-Frères à tours de bras et d’épaisses enveloppes financières n’y ont rien fait. Bien au contraire.

Pourtant, un dispositif existe, c’est le triptyque : sanction, punition, prison. Pourquoi ne l’applique-t-on pas ? Plutôt que de réfléchir à une nouvelle loi ? Interdire la vente des « mortiers d’artifice », en France ? Totalement absurde, ridicule. Celles et ceux qui ont l’intention de les utiliser comme armes continueront de s’approvisionner chez nos voisins, en allant faire leurs courses en Belgique, en Allemagne, en Italie, en Espagne…

Que peut-on encore attendre, espérer de mieux, de plus, d’un Gouvernement-Halloween qui boucle les vacances scolaires de Toussaint*… en dehors de la Fête des morts, puisque écoliers, collégiens et lycéens, toutes zones confondues, reprendront le chemin de l’école le lundi 2 novembre. A ce rythme-là, les prochaines vacances scolaires de Pâques auraient dû être décalées au mois de février…

 

L.M.

 

 

*L’Halloween, la Toussaint et la Fête des morts… Pendant trois jours, du 31 octobre au 2 novembre inclus, se succèdent trois fêtes qui sont parfois confondues entre traditions et religion. La Toussaint est une fête catholique qui est célébrée le 1er novembre de chaque année. Comme son nom l’indique, il s’agit de la fête de tous les saints. Il s’agit d’un jour férié dans plusieurs pays catholiques ou de tradition catholique, c’est le cas de la France notamment. Le 2 novembre correspond à la Commémoration des fidèles défunts. Il s’agit également d’une tradition catholique. C’est une fête universelle dans l’Eglise. Traditionnellement, c’est le 2 novembre donc que les familles vont visiter les cimetières ou reposent leurs proches…