Certes, selon le côté où l’on se place, où l’on se situe, après tout l’Opposition politique nationale ne f(er)ait là que son job…

La commission d’enquête du Sénat sur l’épidémie de COVID-19 a imputé la pénurie de masques chirurgicaux à une décision du directeur général de la Santé, le professeur Jérôme Salomon… La Direction générale de la Santé (DGS) a immédiatement riposté : « Aucune pression n’a été exercée pour faire modifier a posteriori un rapport d’experts préconisant la constitution d’un stock élevé de masques, qui aurait pu permettre au pays de ne pas en manquer au début de l’épidémie de coronavirus (…) ».

Etait-il nécessaire de jeter (encore) de l’huile sur le feu ? Etait-il indispensable d’ajouter une polémique supplémentaire (qui en plus ne résoudra absolument rien par les temps qui courent) ? Ne sommes-nous pas assez dans la merde pour en remettre une couche ? Les conclusions de l’enquête « à charge » du Sénat ne pouvaient-elles pas être différées jusqu’à après la crise sanitaire ?…

Nos gouvernants sont déjà dans une situation difficile, ce n’est pas la peine de les enfoncer encore plus.

Tout le monde, en cette période inédite et catastrophique, doit pouvoir et savoir se serrer les coudes le temps que l’orage sanitaire passe. Ce n’est pourtant pas sorcier ! Chez nos voisins européens, ailleurs dans le monde, dans de nombreux pays, les dirigeants de partis politiques et les idiots utiles au système savent laisser provisoirement leurs rancoeurs au vestiaire.

Dans le pays, la France, où le rugby est l’un des sports-rois à l’esprit d’équipe par excellence, et la formidable cohésion qui en découle, il est étonnant que nos Donneurs de leçons patentés ne puisent pas – même momentanément – cette volonté sans faille d’engagement collectif, ne prennent pas exemple sur ce type de comportement aux multiples bénéfices.

Les rendez-vous électoraux vont vite arriver : cantonales et régionales en 2021, présidentielle et législatives en 2022… Laissez-nous respirer, c’est déjà suffisamment compliqué comme ça avec le port obligatoire du masque.

Plutôt que de critiquer sans cesse, éternellement, de s’opposer, de ridiculiser – comme si le fait de nous voir englué dans la chienlit était pour vous un pur bonheur et une satisfaction en perspective électorale – soyez constructifs Mesdames et Messieurs les Politiques, Mesdames et Messieurs les journalistes, et préparez-nous des rayons de soleil, des raisons d’espérer, de croire en un avenir meilleur, plus juste, pour  chausser les starting-blocks de « l’après-Macron », si telle était la volonté des Françaises et des Français… Mais pour cela, faudrait peut-être commencer par changer le casting des acteurs de la Présidentielle 2017, non ?

 

L.M.