« Le maire du Barcarès est un adepte des nouveaux concepts.

Voici donc le dernier : faire venir des cafetiers d’une commune voisine (Canet-en-Roussillon) du 13 décembre au 4 janvier sur notre commune au détriment des restaurateurs et cafetiers du Barcarès.

Nos commerçants barcarésiens seront heureux de cette nouvelle invention « Ferrandesque ». Peut-être comprendront-ils enfin les choses ?

Rappelons d’ailleurs que les commerçants barcarésiens, situés sur la place de la République, financent cette idée lumineuse via la taxe « de participation aux animations » imposée par la majorité municipale. En invitant les bars de la « Rue de la soif » Alain Ferrand et sa majorité affichent clairement leur mépris pour les commerçants du Barcarès.

Cette opération « Rue de la soif » pour les fêtes de noël, soulève de nombreuses questions :  Ces commerçants venus de Canet-en-Roussillon payeront-ils leurs emplacements ou bénéficieront-ils d’avantages ? Quid des licences s’ils vendent de l’alcool ? Qu’apporteront-ils de mieux ?

Le maire de Canet-en-Roussillon n’a-t-il pas des projets à leur proposer pour les fêtes de fin d’année pour qu’ils soient invités à faire une concurrence déloyale aux commerçants du Barcarès?

Ceci est regrettable. Nous apportons tout notre soutien aux commerçants barcarésiens qui seront lésés et à qui on ne demande que deux choses : se taire et payer!

Une fois de plus les commerçants barcarésiens, plutôt que d’être associés et de participer à la construction d’un projet d’animations comme nous l’avions présenté lors des dernières élections, subissent la politique du fait accompli.

Enfin, associer l’image de la célèbre « Rue de la soif » de Canet-en-Roussillon (le nom parle de lui-même) à la fête familiale que représente Noël est quelque peu déplacé. »

 

Yvan Naya-Dubois, conseiller municipal

Sabine Muller, conseillère municipale

Véronique Pastoureau, conseillère municipale.