Nous venons d’apprendre que le syndicat CGT a envoyé un courrier en date du 13 juillet, aux 226 maires du département.

Ce courrier est donc parvenu à la mairie d’Estagel. Restera-t-il lettre morte ? Si les élus sensés être les meilleurs défenseurs du service public n’ont aucune réaction, que faut-il penser de leur engagement politique ? Il est vrai que Monsieur le Maire, semble avoir renoncé à l’appellation de « meilleur défenseur ». Il est aujourd’hui « divers gauche ». En clair, très proche du PS en plein déclin. Il faut reconnaître là, une certaine forme de courage et peut-être même, de fidélité.

Que dit le courrier de la CGT ?

« Le désengagement de l’Etat des territoires ruraux est en marche ». Voilà en effet une des phrase clé du texte que les maires du département des Pyrénées-Orientales ont reçu. Les choses ne peuvent pas être dites plus clairement.
Ce syndicat montre la possibilité rapide de fermetures d’autres trésoreries suite aux récentes orientations gouvernementales. Il met l’accent sur la nécessité de renforcer les services de proximité avec des emplois adéquats pour assurer aux usagers un Service Public de qualité.
C’est bien cela dont il est question. Arrêter l’abandon du milieu rural avec la suppression du service public. À la suite de la trésorerie, ce sera le tour du bureau de poste, de l’agence du crédit agricole, etc.
Ayant eu connaissance dans la lettre du numéro de téléphone d’Emmanuel PESQUET ( co-secrétaire CGT finance publique 66), nous nous sommes permis de le joindre.
Il est prêt, avec ses collègues, comme il a pu nous le dire dans notre conversation, à soutenir toute action visant à maintenir la Trésorerie et ses services partout ou la demande sera faite. Il est certain que si les relais n’existent pas sur le terrain, les mauvais coups pourront être perpétrés.
Il ne reste plus qu’aux maires directement concernés ou pas, de faire le pas et d’envisager les actions indispensables pour défendre le Service Public, pour défendre la ruralité vivement menacée.
Des hommes et des femmes responsables, connaissant bien les dossiers, seront à leurs côtés.
Les citoyens d’Estagel, comme ceux de la vallée de l’Agly, attendent ce sursaut salvateur, pour préserver aussi un certain art de vivre.

Joseph JOURDA.