« L’idée avait germée au fil des discussions. Notre village, les Estagellois(es) méritaient mieux pour officier à la destinée du village, que le conseil municipal en exercice où l’étroitesse de pensée semble avoir été érigée en institution. Tout confirme dans cette campagne électorale que notre analyse était la bonne. Donc, avec quelques amis(es), nous avions commencé à nous exprimer dans le journal local. Cette expression publique a vite eu une fin. Il ne fallait pas gêner la gestion municipale. Ce n’est pas pour autant que nous avons renoncé.

Nous avons créé notre journal : « Debout Citoyen ». Celui-ci a toujours était porteur de cette idée : « Chercher des femmes, des hommes aux convictions sincères, des femmes et des hommes du peuple, résolus et actifs, ayant un sens droit et une honnêteté reconnue ».

Les semaines, les mois sont passés. De nombreux témoignages de sympathie arrivaient après chaque parution. Ils venaient nous confirmer qu’effectivement une place était libre dans le débat démocratique, pour des femmes et des hommes qui se plaçaient résolument dans une autre perspective que celle de la pensée unique. La perspective du rassemblement le plus large, de la discussion ouverte avec tous, à tout moment. L’échéance électorale arrivant, les motivations sont arrivées.

Comme tout le monde pouvait s’y attendre, le maire repartait après quelques tergiversations souterraines mais ignorées par personne. D’une façon peu élégante pour les Estagellois(es), il annonçait sa candidature le jour de la fête Arago au mépris de la bienséance qui demandait un peu plus de retenue ce jour là. A-t-il agi ainsi pour couper l’herbe sous les pieds à des prétendants devenus trop pressants ?

Depuis, pour finir de constituer sa liste, il a été obligé de puiser dans la réserve des agents territoriaux. Ensuite Pierre Contet est arrivé sur le devant de la scène. Nous avons tout de suite compris qu’il était là pour fédérer une certaine partie de l’électorat.

Aujourd’hui, nous pouvons constater qu’il est sur le point de réaliser pleinement cet objectif. Ensuite, quelqu’un attendu par personne, car il avait annoncé haut et fort qu’il ne s’intéressait plus à la chose publique, a surgi tel un preux chevalier faisant l’offre de sa personne et brandissant un étendard quelque peu poussiéreux. Tout pouvait laisser supposer en effet, que Monsieur Garcia, du haut de ses 70 ans et comme il l’avait dit, préférait s’occuper de ses petits enfants et de sa vie de retraité. Rien de plus normal à cela. Mais voilà, c’était sans compter sur l’ego démesuré. En effet, cela peut arriver, que les planches à roulettes, sur un coup de frein intempestif, puissent se retrouver à circuler dans le sens inverse.

Certains diront qu’il pourrait y avoir anguille sous roche préparant des alliances futures. Mais à notre avis, celles-ci sont improbables tant le ressenti est grand avec les dirigeants anciens et nouveau de la liste du maire sortant. Si c’était le cas, cela reviendrait à penser que vraiment, il n’y a plus grand chose de noble dans le débat démocratique. Celui-ci ne serait plus un débat, mais ressemblerait à une soupe aux choux aigre, devenue immangeable par les citoyens qui aspirent vraiment à autre chose.

Nous sommes persuadés, qu’ils jetteraient cette mauvaise « tambouille » à la poubelle avec force mépris. Ou alors, comme a pu le déclarer le tête de liste « Unis pour Estagel » voulant en finir avec le clivage droite /gauche, c’est avec la liste « Estagel au cœur » que le rapprochement devrait se faire. Qu’en sera-t-il ?

Dans cette situation que faire ? Quelle décision prendre ? Nous avons choisi celle de la raison. Ne pas ajouter à la confusion et surtout ne pas envoyer des amis dans le mur, dans l’impasse.

Par expérience nous savons que cela fait mal et est souvent irréversible surtout pour des jeunes mal préparés à comprendre certains imbroglios, souvent inextricables, qui malheureusement font la vie politique. Il faut combattre cela avec la plus grande fermeté. Ceci est notre façon de penser par rapport aux jeunes, mais d’évidence elle n’est pas celle de tous. Par contre, dans le même temps, nous avons décidé de continuer à faire comme le Petit Poucet : nous continuerons de semer en laissant la porte ouverte à ceux qui pour la première fois, ont un engagement citoyen en étant présents sur des listes électorales.

Rien ne nous fera renoncer. Ni les regards d’autoroutes (1) ni les insultes, les menaces ouvertes ou cachées, les parlottes mesquines, ni les sous entendus laissant supposer on ne sait quoi.

Ne parlons pas de certaines élucubrations sur les réseaux dits sociaux. Rien ne pourra nous faire renoncer à notre quête de la vérité, de l’harmonie dans laquelle doit vivre un village, même si parfois les débats se doivent d’être passionnés.

A tous ceux qui nous avez regardé pendant tous ces mois avec beaucoup de sympathie, nous vous disons toute notre amitié. Restez persuadés que nous resterons présents dans la vie de notre village. Ensemble nous continuerons de construire ».

(1) Des regards d’autoroute : Des yeux vides de sens, dans le flou. Des yeux de crustacés.