Réaction de Robert OLIVES, responsable FN du canton de la Vallée de l’Agly, à la fermeture de la boulangerie d’Estagel :

« Quelle ne fut pas ma surprise et ma tristesse lundi quand je me rendis à Estagel pour acheter mon pain et que je découvris la fermeture définitive de la boulangerie de la place Arago (NDLR, il suffisait de lire Ouillade et l’excellent papier sur le sujet du contributeur Joseph JOURDA, paru la semaine d’avant…).

D’autant plus qu’à l’indignation inhérente à un homme politique soucieux de la vie de ses concitoyens, se rajoute la peine de voir des amis personnels mettre la clef sous la porte. Cette boulangerie était tenue par des personnes sympathiques, appréciées et appréciables, partageant à la population leur savoir-faire artisanal qui fait la fierté de notre pays. Qu’arrive donc t-il à nos villages pour les voir ainsi se vider de ses commerces de proximité ? Quel est le mal qui ronge Estagel, village autrefois dynamique et typique ?

Cette fermeture est le résultat de l’ouverture d’une boulangerie industrielle à l’entrée du village. Moins chère sûrement, la baguette industrielle a eu raison de la baguette traditionnelle : question de conjecture. Plus accessible aussi car le nouveau commerce dispose d’un parking, plus visible aux touristes se rendant en Fenouillèdes et ceci grâce à une devanture pimpante.

Le massacre des petits commerces et le développement anarchique des zones commerciales feront que demain, des villages comme Estagel verront leur centre-ville vide. Ajoutons à cela la baisse des revenus, la complexification des démarches administratives et vous obtenez un cocktail explosif contre productif pour l’emploi. Cette boulangerie, c’était trois emplois désormais perdus. J’ai d’autant plus de raisons d’être inquiet que la supérette d’à côté risque elle aussi la fermeture.

Créateurs d’emplois et acteurs indispensables du lien social, les commerçants et artisans sont aujourd’hui abandonnés par la classe politique, mais surtout, en l’espèce, par le maire communiste d’Estagel dont l’interrogatif immobilisme à sauver les commerces de son village démontre, encore une fois, que sous couvert de conserver les acquis de Marx, il les brade en permettant à des actionnaires déracinés de se remplir la panse pécuniaire au détriment des petits exploitants. Le PCF, autant dans les manœuvres politiciennes que dans la gestion des collectivités, sert davantage les intérêts du capitalisme mondialisé. C’est le combat moderne de Tricatel face à Duchemin mais un combat hélas perdu d’avance.

Depuis plusieurs élections, les électeurs d’Estagel réclament le changement en se portant sur les candidatures du Front National. Peut-être qu’une candidature FN aux prochaines municipales de 2020 permettrait à Estagel de retrouver un peu de sa fierté ? »