Tribune Libre

« Une réunion où celui qui ne suit pas de près l’actualité de notre cité, aurait pu faire la confusion entre l’ordre du jour officiel (9 points) et les questions des élus de l’opposition (12 points). Confusion due, non pas par le nombre, mais bien par la pertinence, diront certains.

Rien n’a bougé dans la salle du Conseil municipal. Des conditions d’audition toujours plus que médiocres. La période de forte chaleur, où obligation est faite de tenir les fenêtres ouvertes faute de climatisation, venant gêner d’avantage encore une bonne compréhension des différentes interventions. Seuls sont vraiment discernables, les vrombissements des moteurs des véhicules circulant sur la 117. À quand la déviation-contournement ? L’accueil réservé au public, lui non plus n’a pas changé. Toujours aussi charmant, agréable. En un mot, celui du vivre ensemble, mais conditionné à l’envers. Ajoutons aussi, que les sièges qui devraient être réservés au public sont toujours aussi nombreux. Certains ont cru, pendant un temps, devoir s’asseoir parterre.
Heureusement, pour nos humbles fessiers, il n’en a rien été.

Rénovation au gymnase

Bien sûr, nous ne traiterons pas tous les points. Nous ne retiendrons que ceux qui ont retenu notre attention.
L’un d’entre eux, est celui de la rénovation des vestiaires du gymnase. Nous apprenons ainsi, qu’une demande de subvention a été adressée et retenue sur sa réserve parlementaire, par le sénateur François Calvet. Pour un montant de 8 000 euros, cette somme devrait venir en déduction de l’investissement dont nous n’avons pu entendre le montant total. Mais peut-être ce dernier n’a-t-il pas été donné ? Pourquoi François Calvet (sénateur LR, maire du Soler, 1er vice-président de l’Agglo) et non pas Hermeline Malherbe (également sénatrice, présidente du département-PS) diront les mauvaises langues ? Et bien, parce que monsieur le maire entretien de bonnes relations avec tout le monde d’après ses dires. À quand le tour de ces concitoyens ?

Les maires de France

Un des autres points qui a attiré notre attention, est celui de la motion de soutien à l’association des maires de France en ce qui concerne la baisse massive des dotations de l’État. À cette occasion, notre maire, Roger Ferrer (PCF), participera à la délégation reçue par madame la préfète Josiane Chevalier. Rappelons, qu’il n’est du privilège d’aucuns, d’avoir un entretien avec la responsable préfectorale. Tout un chacun peut être introduit pour peu que les motifs soient valables et surtout, âprement défendus.
Sur ce sujet, nous nous contenterons de rappeler la position de l’association des Elus Communistes et Républicains de notre département (ADECR’66) paru sur le site Ouillade.eu, le 3 juillet dernier, qui dénonce avec force, depuis des années, ces mesures pilotées par des objectifs d’austérité et de compétitivité. Cette association revendique en effet, « une réforme qui fasse vivre la démocratie locale et qui donne aux collectivités les moyens de répondre aux besoins de la France confrontée aux défis économiques, sociaux et environnementaux ».

Les questions de l’opposition

Pour celles-ci, Monsieur le maire, semblant pressé d’en finir, les réponses devaient tourner court. Pour ce qui concerne Monsieur Poirot (150 euros, la demi-journée), il semblerait que lui et sa société aient été licenciés. Si cela se confirme, nous nous en réjouissons. Il est question là, de la défense du service public sur lequel nous ne saurions transiger. Nous resterons tout de même vigilants.
Le financement des travaux de voirie actuellement en cours, reste toujours une nébuleuse. Nous ne savons pas qui finance quoi. Le saurons-nous un jour ?
Pour la déviation et la caserne des pompiers, une lettre de motivation a été envoyée à madame la présidente du département. À quand la réponse concrète sur le terrain ? Mais au fait, pourquoi ne pas solliciter nos élus départementaux, en l’occurrence Monsieur Chivilo (PS) et Madame Beuze, pour abonder dans le sens souhaité ?
Une autre question importante a été soulevée et vous nous permettrez d’en finir là, car nos propos dépasseraient la limite du raisonnable. Elle concerne l’extension des compétences de l’Agglo et son passage en communauté urbaine. Très important sujet, car il concerne l’engagement, pour les générations futures, vers plus ou moins de démocratie pensons-nous. À la question posée à monsieur le maire de donner sa position, la réponse a été surprenante venant d’un élu communiste. En effet, le vote secret ayant été ordonné par le président de l’Agglo Perpignan Méditerranée, Jean-Marc Pujol (LR), également maire de Perpignan, il n’a pas été question que monsieur Roger Ferrer dévoile son vote au grand public. Nous serions tentés de dire que nous ne sommes pas au confessionnal et liés par son secret. Nous comprenons toutefois cette règle ecclésiastique, mais nous ne pouvons, malgré nos bonnes dispositions, l’assimiler à la démocratie.
D’autres, n’auraient certainement pas attendu des jours plus propices pour crier leur indignation, pour hurler leur soif de plus de démocratie due aux citoyens, pour dire clairement leur point de vue. Il n’en a rien été. Nous en sommes une fois de plus désolés. Jusqu’à quand cet art de parler pour ne rien dire ? Nous attendons la suite.
Nous reviendrons ultérieurement sur un sujet abordé hors ordre du jour. Il concerne un « projet agricole » sur la commune. Cela ne nous laisse pas indifférent, bien au contraire, comme d’ailleurs la restauration de notre église.
À bientôt donc ! ».