« Atmosphère tendue en ce mardi 31 mars à 18h à la salle du Conseil municipal. En effet, la présence d’une opposition, comme nous avons déjà eu l’occasion de le relater, change la donne du roulement tranquille que nous avons pu connaître. Ceci d’autant plus, que la dite opposition ne s’en laisse pas compter et semble ne pas vouloir tomber dans une quelconque compromission. Il n’est donc plus question de faire jouer la grande Symphonie Funèbre Triomphale de Berlioz lors de l’arrivée du maire ou à la fin de la réunion. ( cette symphonie fut créée en prévision de la grande commémoration du dixième anniversaire de la Révolution de 1830 à Paris).
Effectivement, les mots ne sont plus des trous dans le silence. Chacun d’entre eux, ont une signification. D’autant plus lorsqu’il est question du budget. Il est à préciser, la présence pour présenter le budget, de monsieur Sala, percepteur. Madame Beuze, nouvellement élue à l’assemblée départementale, invitée par monsieur le maire, R.Ferrer, était également présente.
Il est toujours difficile de transcrire des chiffres. Cependant, nous en relaterons quelques-uns. Celui de la part des salaires dans le budget de fonctionnement représente 57 % de ce dernier. Certains diront que cela est excessif. D’autres que ces salaires sont dépensés dans le commerce local et donc cela serait bon pour l’économie du village. Nous sommes tentés d’ajouter, surtout lorsque certains de ces travailleurs, et c’est leur droit le plus absolu, habitent ailleurs. Que vont devenir ces emplois, surtout après les déclarations de la Cour des comptes publié le 18 juin 2014, qui suggère aux collectivités locales, de faire des économies et qui montre du doigt notre département en ce qui concerne les embauches ? Les élus vont-ils s’aligner ?
Nous apprenons également que la part des impôts dus à l’État va augmenter. Pierre Contet prenait la balle au bond pour proposer la diminution des impôts de 3% comme la suggestion avait été faite par ses soins durant la campagne des municipales, ainsi que pour le précédent budget, avec les explications adéquates. Des emprunts vont également être réalisés à des taux intéressants nous dit-on. S’il est vrai qu’il en est ainsi, il n’en reste pas moins que la revendication d’une banque d’état, permettrait surtout en période de crise, d’obtenir des taux de remboursements moins importants encore.
Pour ce qui concerne l’association informatique dont nous avons déjà parlé, nous sommes heureux d’apprendre qu’elle est gérée à titre bénévole. Le bénévolat a encore de beaux jours devant lui s’il est aidé. Par contre, une somme de 10 000 euros a été prévue pour du matériel informatique. Est-il question du matériel municipal à renouveler ou de l’achat d’appareils pour cette association a qui a été alloué une subvention de 250 euros ?
Le compte administratif devait être adopté ainsi qu’en fin de réunion, le budget prévisionnel par quinze voix contre quatre. Affaire entendue.
Malheureusement, nous avons à relater un fait inopportun. Alors que les participants, auditeurs compris, prenaient tranquillement le chemin de la sortie, votre humble serviteur a été victime d’une provocation suivie d’une agression verbale violente. Les expressions les plus crues ont été utilisées. Nous n’oserons pas les transcrire. Tout cela, parce que, personnellement, j’ai à cœur de relater les faits de la vie de mon village au quotidien dans notre site Ouillade. Heureusement que la liberté d’expression est une des règles fondamentales de notre République. Nous ajouterons : « qui a peur de la clarté fait le mal », V. Hugo dans Napoléon le petit ».

Joseph Jourda