« Samedi, un embouteillage monstre sur l’autoroute a été l’occasion pour certains esprits chagrins de dénoncer l’Etat d’urgence et les contrôles aux frontières, et de réclamer dans le même temps encore plus de contrôles, mais aux frontières de l’Union Européenne.
Or, il apparait que cet embouteillage était le résultat d’un accident, du retour de vacances un week-end de 1er de l’an et de l’incivilité de certains chauffeurs.
L’Etat d’urgence et les contrôles aux frontières sont des mesures souhaitées par une large majorité de français, ils sont nécessaires pour, au moins, compliquer la tâche des criminels et délinquants qui ne peuvent plus faire leurs trafics sans crainte de se faire prendre. D’ailleurs, ce n’est pas pour rien que de nombreux pays ont rétablit les contrôles aux frontières nationales.
Je me permets de rappeler à ces personnes que sur l’avenue d’Espagne à Perpignan les embouteillages monstres sont quotidiens, notamment le soir, les week-ends et les jours de soldes, et pourtant, ici, pas de contrôles. Juste une question de plan de circulation et de gestion du trafic routier ».