COMMUNIQUÉ DE PRESSE · 25 octobre 2017

« Avec l’équipe majoritaire de la mairie d’Elne, je m’exprime ici sur le mouvement partiel du personnel communal amorcé le 10 octobre. Par souci d’exactitude et de moralité, je souhaite rétablir la simple vérité, car les éléments distillés par le syndicat CGT sont habilement biaisés.

Durant l’été, trois agents m’ont communiqué leur état de souffrance provoqué par leur chef de service. La gravité des faits m’avait imposé de diligenter immédiatement une enquête interne. Celle-ci a révélé des dysfonctionnements organisationnels et managériaux de la part du chef de service, ainsi qu’un mépris des fonctionnaires territoriaux via les réseaux sociaux. Je déplore ce comportement irresponsable, échappant aux règles essentielles de la neutralité. A l’inverse des affirmations de la CGT, le chef de service cité n’a fait l’objet d’aucune sanction disciplinaire. Sa période de stage lui permettant d’être nommé au grade supérieur a simplement été prolongée. Une réunion d’apaisement a été proposée dès le 13 octobre au représentant CGT de la mairie d’Elne qui ne s’est pas présenté à l’entrevue. En pratiquant la politique de la chaise vide, la CGT refuse le dialogue, mais elle m’attribue cette stratégie.

Quel renversement et quel culot !


En outre, le syndicat cité, friand de polémiques sans fondement, m’attribue la suppression des Contrats Aidés. Est-ce de la désinformation, de la méconnaissance des dossiers nationaux ou de la provocation ? En effet, le 9 août dernier, le gouvernement a choisi de réduire fortement ce dispositif. Notre commune est évidemment étrangère à ce changement. La CGT dénombre abusivement « une quarantaine » (cf. Indépendant du 20/10/2017) de contrats de ce type dans notre commune, contre 17 dans la réalité. Sans nul doute, le manque de sincérité et la volonté de nuire à l’action publique que je mène sous-tendent le récit erroné que déroule ce syndicat.


Ancien acteur économique de notre département, naturellement ouvert au dialogue, je défends les acquis et les conditions de travail du personnel communal. A cet effet, l’administration illibérienne bénéficie d’améliorations progressives et notoires, à l’image des 96 agents titulaires (sur un total de 117) promus cette année à un avancement de carrière (grade/échelon). Les formations et préparations aux concours sont fortement soutenues et encouragées pour un service aux administrés de plus grande qualité.

Pour dépasser les enfantillages et agir positivement, j’ai proposé de rencontrer l’ensemble des représentants du personnel communal (CGT, FA-FPT), ce mercredi 25 octobre. En libérant la parole, cette démarche avait vocation à assainir les relations de travail et à garantir l’efficacité administrative de notre commune.

A ma grande surprise, la délégation CGT a refusé la discussion et a quitté la salle !

Mon action découle de l’écoute, de la discussion, des échanges et d’un temps de réflexion. J’agis en parfaite transparence, dans la confidentialité nécessaire au respect de l’individu. Souhaitant le meilleur pour Elne, j’avertis les citoyens du danger de distorsion des faits, parfois organisés depuis l’extérieur de notre ville, selon une stratégie politique larvée. Chacun saura distinguer s’il s‘agit de mobilisations sincères ou factices, fondées sur des revendications sérieuses ou des attitudes sommairement théâtralisées ».

Yves BARNIOL,

Maire d’ELNE