Une réponse du groupe communiste, socialiste et citoyen, suite au communiqué et au tract de la municipalité sur la fermeture de la piscine…

 

« La municipalité d’Elne n’assume aucun de ses choix et tente toujours de faire porter le chapeau à d’autres ! Bien sûr, comme toujours, à la précédente équipe municipale. Mais désormais elle s’est trouvée un nouveau bouc émissaire, la communauté de communes Albères – Côte Vermeille – Illibéris. C’est flagrant dans l’affaire de la fermeture de la piscine municipale qui a recueilli contre elle plus de mille signatures.

D’ailleurs le maire semble perdre les pédales, puisqu’il traite les personnes qui ont osé contester ses décisions et lancer une pétition de « propagandistes (…) habiles et sans scrupules…».

Dans un tract papier glacé, recto verso, qu’elle vient de faire distribuer par des agents communaux, la municipalité d’Elne confirme la fermeture de la piscine municipale alors qu’une majorité de la population espérait un « oui ! ».

Déjà la fermeture du poste de secours sur la plage d’Elne (Bocal du Tech) avait suscité pas mal d’émoi chez les Illibériens, fort heureusement l’autorité préfectorale a imposé le maintien du poste à la commune. Jusqu’à l’année dernière, l’ARS (Agence Régionale de Santé) a toujours autorisé l’ouverture de la piscine d’Elne, elle l’aurait donc autorisé pour cet été si la commune s’était donnée la peine de maintenir l’entretien courant durant l’hiver.

De même la municipalité anticipe des incivilités qui pourrait avoir lieu en cas d’ouverture et les estime à 4 000 €. Par ailleurs puisque nous étions dans l’équipe qui a ouvert cette piscine durant 13 ans, nous savons que le coût de sa remise en route est de l’ordre des 20 000€ et non 65 000€. A ce stade les Illibériennes et Illibériens comprennent bien que l’on est dans le « foutage de gueule ». La précédente municipalité avait transformé une partie des « plages » de la piscine en pelouse, remis aux normes les pédiluves, les vestiaires et les douches.
Le fond du problème est donc ailleurs, il est dans la vision libérale de la gestion communale de la municipalité en place. Celle-ci pense qu’un service public doit être rentable et veut absolument réduire le nombre de fonctionnaires territoriaux. Voilà pourquoi elle trouve de l’argent pour des fresques murales, pour un jour de fête antique qui a couté une vraie fortune, pour investir (60 000€) au camping « Els Pedreguets » alors que ce dernier vient d’être délégué au privé pour douze ans. Et voilà pourquoi elle a fermé ou ferme des services publics communaux, comme les pompes funèbres communales, la piscine municipale, le poste de secours…

Elle a vendu le camping El Moli et délégué au privé l’autre camping « Els Pedregets », le fauchage des abords de voirie ou des bassins d’orage, la peinture des bâtiments… La privatisation de la Maternité d’Elne a également été envisagée mais après analyse, l’exploitant approché a renoncé vu qu’en quatre ans, rien ou pas grand chose n’a été fait dans ce lieu prestigieux. « Nous continuerons à nous opposer à cette gestion libérale, et soutiendrons les démarches citoyennes qui font de même. »