Le confinement que nous traversons lié à la crise sanitaire du coronavirus (COVID-19) a du bon, en ce sens qu’il permet à des inconnus de devenir (provisoirement) célèbres (sur la toile), à des célébrités déchues de réapparaître « saines » et sauves dans l’arrière-cour d’une presse pipole toujours autant malodorante, à des animateurs-télé de s’improviser grand-reporter, à des humoristes de nous faire (enfin) rire, à des députés de se découvrir un destin politique à l’intérieur des limites de leur salle-à-manger, en fabriquant des masques pour les habitants des îles Kerguelen (l’ex susnommé archipel de la Désolation)…

La conciergerie des vedettes et des élus politiques est en pleine ébullition, contrainte de s’adapter coûte que coûte – selon la formule présidentielle chère à Emmanuel Macron « Quoi qu’il en coûte »– à la situation. Parfois, souvent même, ça tourne au vinaigre : c’est à qui sera le plus ridicule. Lamentable. On vous rassure de suite : pas pour autant parmi elles, parmi eux, de Prix Nobel en perspective, même haut-perché sur l’échelon le plus élevé de l’escabeau planté au-dessus du caniveau.

On croit rêver ! Mais non ! Nous ne (nous) rêêêvons pas.

Quelques exemples, en vrac…

Ainsi, grâce au confinement dû au coronavirus, nous apprenons que Jean-Luc Lahaye et Valérie Bénaïm existent encore. Le premier était chanteur à une autre époque, la seconde animatrice à la télévision (pensionnaire en Cour chez Cyril Hanouna).

Ainsi, sur TF1, Jean-Pierre Pernaut se lâche. A 70 ans (effectif depuis le 8 avril), il était temps. En poste depuis 1988 pour présenter le Jité de 13h – trente-deux ans… – il découvre pendant la pandémie qu’un présentateur peut aussi être journaliste… Son coup de gueule en direct du vendredi 24 avril fait mouche (pour une rare fois) et emballe la toile. Passablement énervé (tout est calculé chez lui), il se dit « stupéfait par le nombre de personnes croisées dans la rue lorsque (lui) est exceptionnellement sorti de son domicile pour un rendez-vous important (…). Quel contraste avec les reportages qu’on nous montre sur des PV infligés à des gens qui se promènent tous seuls sur une plage (…) ». Enfin, le présentateur du Jité le plus regardé en Europe avoue indirectement et en direct à la télé que sa rédaction bidonnerait des reportages !?… On savoure. A 70 ans, il ne risque plus rien, JPP pouvait se permettre un tel luxe-verbal-caprice-de-Dieu… Mais, n’est pas Yves Mourousi (auquel il a succédé) qui veut !

On découvre que Nikos Aliagas est un photographe hors pair, Gad Elmaleh et Line Renaud (ils ne sont pas en couple), Jean-Marie Bigard et Muriel Robin (ils ne sont pas confinés ensemble non plus – dommage), nous racontent sur papier glacé leur vie d’avant le coronavirus réactualisée, Patrick Bruel se casse la voix (ça très sincèrement on ne pensait jamais l’entendre – pur Bonheur) ; d’autres stars plus ou moins en devenir ou en (re)quête de popularité tentent de nous faire partager leur quotidien misérabiliste en cette période de pandémie. C’est à mourir (de rire, on vous rassure). D’autres encore nous font entrer dans leur vestiaire, nous emmènent dans leur salle de bain (heureusement que l’odeur n’accompagne pas les images, les vidéos restent sans saveur, ouf !). C’est le « Confinement show »… N’en jetez plus, pitié !

Vivement que le confinement s’arrête et que l’on sorte de cet altruisme à dix balles.

Mais, en Pays Catalan, nous avons des héros dont nous pouvons être fiers, que la presse pipole et les réseaux sociaux n’auront jamais : la maman d’un sénateur qui tricote des masques, un maire qui coupe des draps pour en faire des masques, le directeur d’un Office Public d’Habitat qui coud des élastiques pour assembler des masques… Un grand Bravo et Merci à tous ces héros !

 

La Rédaction de Ouillade.eu