Le candidat PRG sur le canton de la Côte Vermeille, a qui le député-maire Pierre Aylagas a retiré sa délégation de 1 er adjoint communiqué :

 

– « Le maire d’Argelès-sur-Mer n’assume pas la division dont il est l’unique responsable. Au cours des négociations entre les responsables départementaux des partis politiques de gauche nous avons appris qu’il s’opposait de façon  inconditionnelle à la présence d’une candidature radicale dans le binôme d’union qui aurait pu être constitué sur la Côte Vermeille. Il a rejeté durant des mois toutes les tentatives de conciliation avec les responsables départementaux. L’assemblée générale du PRG66 et le Bureau National du PRG ont pris acte de ce blocage incompréhensible lié à un seul homme, et ont validé les candidatures PRG sur le canton de la Côte Vermeille – et sur le canton de la vallée de l’Agly où un accord avait été trouvé. Le PRG66 ne se trompe pas d’adversaire et regarde l’avenir avec lucidité. Il est regrettable dans ce débat essentiel pour l’avenir de notre canton et de notre département que l’on n’entende et ne voit que le maire d’Argelès, qui accuse de tous les maux ceux qui osent parler librement et dé- tourne la campagne à son unique profit. En voulant interdire à des élus – soutenant sans ambiguïté la majorité départementale – de se présenter  à des élections républicaines, il piétine encore les principes fondamentaux de la démocratie. De plus, il est important de rappeler à son binôme que lors des législatives de 2007, (…) le maire d’Argelès a fait gagner la droite dans la 4e circonscription. Il s’était présenté en dissidence et exclu de son parti contre Olivier Ferrand, le candidat officiel désigné par les instances nationales du PS, dont les qualités étaient reconnues par tous. Le PRG’66 propose aux citoyens une alternative politique ».