Le recours en référé qu’avaient fait les communes de Claira, Fitou et Pia ainsi que la Communauté de Communes Salanque-Méditerranée (CCSM pour) casser la fusion a été rejeté.

Ce recours était la résultante des bruyantes manifestations d’élus et d’employés dans les rues de Perpignan ; il a été rejeté car les conditions d’urgence n’étaient pas remplies. Toutefois, l’argumentation avancée en sept points contre la fusion devrait être discutée bientôt au Tribunal Administratif (TA) sur le fond.

Par ailleurs, on apprend que de son côté le maire de Salses-le-Château, Jean-Jacques LOPEZ (DvG) aurait envoyé à son tour un recours gracieux aux deux préfets, Aude et P-O, afin qu’ils retirent l’arrêté de fusion « car celui-ci s’appuie sur des décisions annulées par la justice (jugement du 3 octobre 2017) ».

Si on rajoute le mécontentement d’une grande partie des élus audois (voir courrier que la rédaction de Ouillade.eu a publié sur le site), il apparaît que plus personne ne souhaite cette fusion.

« Les deux préfets concernés devraient se pencher sur une révision des schémas d’interco pour clarifier la situation, souligne un élu, car les populations commencent à en pâtir et 2020 (NDLR. échéance des élections municipales), ou 2021 ?, est encore loin ».

 

SCAN-9096