Dans une lettre adressée aux conseillers communautaires de Corbières-Salanque-Méditerranée (CCCSM), Bernard JANTAC*, conseiller municipal de Claira, reconnaît que l’analyse de la station d’épuration de Claira est erronée disant que « Le Président – NDLR, Michel MAFFRE, maire de Pia – n’a pas voulu l’entendre ».

Déjà, sur son Facebook, René MARTINEZ, élu de Pia, conseiller départemental, affirmait que la gestion de l’eau et de l’assainissement de Pia était lamentable.

Dans ces conditions, peut-on laisser une minorité de petites communes payer les dérapages d’une grosse commune ?

 

 

 

*Bernard JANTAT : « Les communes réfractaires ont parfaitement raison de s’inquiéter du futur prix de l’eau. Cette mutualisation engendrera un inévitable lissage, à terme, du prix de l’eau pour l’ensemble de la Communauté, certainement pas vers le bas.

L’immense tort de Michel MAFFRE, c’est d’avoir voulu cacher un certain nombre d’éléments. Parmi ceux-ci le problème de la station d’épuration de Claira. Au moment du DOB (Débat d’Orientation Budgétaire) j’ai longuement évoqué ce sujet et c’est l’une des raisons pour lesquelles j’ai refusé de voter le budget de Claira. De plus, j’ai amicalement rencontré Michel MAFFRE , en mai et juin dernier en mairie de Pia, pour l’avertir de ce problème. Je lui ai remis une note de calcul d’évaluation qui fait apparaître l’obsolescence de notre installation ».

 

 

Extrait de ce courrier :

A titre corrélatif :

La STEP de Claira, qui possède une zone commerciale de 36 hectares et une zone artisanale de 9 hectares a une capacité de traitement de 4 750 E/H équivalent habitant, pour 4159 habitants INSEE base 2015 ;

La STEP de Pia : 12 000 E/H pour 8 982 habitants INSEE base 2015 ;

La STEP de Salses-le-Château, qui ne possède pas de zone commerciale identique à Claira : 5 000 E/H ) pour 3 517 habitants INSEE base 2015 ;

La STEP de Rivesaltes : 14 000 E/H pour 8 814 habitants INSEE base 2015 ;

La STEP de Saint-Laurent-de-la-Salanque : 16 000 E/H pour 10 422 habitants INSEE base 2015 ;

Cette simple lecture comparative des dimensions de stations d’épuration devrait suffire à te convaincre du bien fondé de mon affirmation. 

Ce courrier intégral est disponible en cliquant sur le lien.

En tant que conseiller communautaire de Claira, j’ai voté, à l’instar de mes collègues Clairanencs, pour ce transfert parce que cette mutualisation des services va dans le sens de l’histoire. Même, s’il faut le reconnaître, cela ne va pas dans le sens de la solidarité. Pour être clair, comme les élus de Pia et de Claira, nous préférons faire porter, par l’ensemble de la Communauté de communes, le poids de ces investissements. Ce n’est pas très correct, mais la responsabilité de cela incombe exclusivement à Michel MAFFRE, qui n’a pas tout dit à tout le monde au moment du vote ».

 

Bernard JANTAC, décembre 2019