– PREMIER ACTE FORT DE LA PRéSIDENTE… A peine réélue présidente du Conseil général des Pyrénées-Orientales, Mme Hermeline Malherbe (PS) a annoncé qu’elle abandonnait son mandat de conseillère régionale du Languedoc-Roussillon « pour mieux se consacrer entièrement au département ». Cela s’appelle « avoir du panache », tout simplement. C’est Mme Françoise Bigote (PS), conseillère municipale d’opposition au Soler, qui siègera donc désormais à sa place à l’Hôtel-de-région, à Montpellier.

– RENé OLIVE LE DOYEN DE L’ASSEMBLéE DéPARTEMENTALE… pour la 4ème fois consécutive : « C’est un honneur ! Malgré que ce soit l’âge qui me donne cet honneur… », a réagi René Olive (PS) – né le 19 novembre 1937 à Canohès – maire de Thuir, président de la communauté de communes des Aspres et conseiller général du canton de Thuir, chargé donc en sa qualité de doyen du Conseil général d’ouvrir la session. « L’émotion est de la partie aujourd’hui car c’est certainement là mon dernier mandat (…) ». Et l’émotion fut effectivement au rendez-vous, notamment au moment du vote, lorsque René Olive s’est emmêlé les pinceaux alors qu’il faisait l’appel des membres de l’assemblée départementale. Il a notamment appelé un Pierre Fourcade qui n’a jamais pû répondre « présent ! », et pour cause il n’existait pas (il s’agissait en fait de Pierre Bataille, maire Divers droite de Fontrabiouse, et qui succède au maire des Angles, Christian Blanc, à la tête du canton de Mont-Louis). Quant à Robert Garrabé (PS), maire de Saint-Jean-Pla-de-Corts et conseiller général de Céret, il lui a vite pardonné d’être affublé du prénom de Jean-Louis… Du coup, René Olive, pour ne pas s’engluer dans d’autres confusions, décidait de n’appeler les élus que par leur nom.

– PERSONNALITéS PRéSENTES DANS LE PUBLIC… René Marquès (ex-UDF), ancien sénateur-maire de Saint-Laurent-de-la-Salanque, ancien président du Conseil général des P-O ; Mme Renée Soum (PS), ancienne députée des P-O et ancienne conseillère générale ; Nicolas Garcia (PCF), maire d’Elne : Mme Maryse Lapergue (ex-Génération Ecologie), ancienne conseillère régionale et ancienne adjointe au maire de Perpignan ; Denis Serre (ex-Génération Ecologie), écrivain, ancien adjoint au maire de Perpignan…

– MME TOUSSAINTE CALABRèSE ET GUY CASSOLY, LES SUPERSTARS DU JOUR… Mme Toussainte Calabrèse (PS) a été longuement et chaleureusement applaudie par ses collègues élus du Conseil général, et même plusieurs fois félicitée en public « pour être la tombeuse du N° 2 du Front national », Louis Aliot, sur le canton IX de Perpignan (Bas Vernet). L’autre star de la journée, c’était Guy Cassoly (PCF), réélu dans le canton de Prades, qui n’a pas hésité à se présenter ainsi : « C’est moi qui me suis payé l’Elysée ! Et j’en suis fier ! Castex, le maire UMP de Prades et conseiller social de l’Elysée où il occupe le poste de Secrétaire général-adjoint, avait mis un soldat de plomb (NDLR. Jean Maury, maire de Ria-Sirach, qui a un lien de parenté avec Jean Castex) pour me battre. C’est manqué ! ».

– L’AGGLO VIRE AU ROSE DU CôTé DE RIVESALTES… Faut-il voir dans les résultats de ces élections cantonales un signe pour les municipales de 2014 ? En tout cas, les faits sont là : les électorats des 8 communes qui composent le canton de Rivesaltes et qui ont été entraînées – malgré elles ? – dans l’Agglo PMCA (Perpignan Méditerranée Communauté d’Agglomération) par André Bascou (UMP, ex-député RPR), maire de Rivesaltes, ont préféré voter pour le conseiller général socialiste sortant, Jean-Jacques Lopez, de par ailleurs maire de Salses-le-Château. Plutôt que pour André Bascou, qui était lui aussi candidat… Mais qui a sauvé l’honneur dans sa seule commune, Rivesaltes, où il arrive en tête d’environ 500 voix, alors que partout ailleurs il est blackboulé par le maire de Salses.

– LA PRéSIDENTE OBTIENT 1 VOIX DE PLUS QUE… sa majorité départementale de gauche ! Alors que Mme Hermeline Malherbe (PS) devait logiquement rassembler sur son nom 21 voix – les 18 du PS et les 3 du PCF – au total elle a obtenu 22 voix, contre 6 à Jean Rigual (UMP) et 3 abstentions. Selon la rumeur qui se faisait insistante à la mi-journée aux abords du bar du Conseil général, c’est Georges Armengol (Groupe des Non inscrits), conseiller général et maire de Saillagouse, qui pourrait être cette 22ème voix… Mais comme le vote est en principe secret…

– MICHEL MOLY (PS) TRèS FIER ET TRèS HEU-REUX !… « d’avoir été élu par mes pairs 1er vice-président (25 voix pour et 6 abstentions). Cette fonction de 1er vice-président est la reconnaissance du travail effectué ces sept dernières années sur notre territoire, mais également dans les délégations qui m’ont été confiées – collèges, ports, pêche, site de Paulilles, etc – et je tiens à associer à ce résultat collectif les électeurs des 20 et 27 mars 2011 qui y ont largement contribué. Au-delà de ma personne, au-delà de mon rôle d’élu, ce sont tous les habitants du canton de la Côte Vermeille – à Collioure certes, mais également à Cerbère, à Banyuls-sur-Mer et à Port-Vendres – qui sont ainsi mis à l’honneur (…) ».