Communiqué de presse.

 

« Prades en Collectif : des solutions pour l’emploi à Prades et dans le Conflent.

Mercredi 6 novembre l’équipe de « Prades en Collectif » a rencontré un représentant d’ATD Quart-Monde pour discuter de la mise en œuvre de l’initiative « Territoire zéro chômeurs de longue durée » en Conflent

 

Ce dispositif, qui existe depuis 2016, a pour objectif de lutter contre le chômage de longue durée. Il permet à des chômeurs de travailler au sein d’une Entreprise à But d’Emplois (EBE), dont les activités répondent aux besoins des populations locales non couverts par les entreprises privées. Les retours d’expériences sont pour le moment positifs : plus de 60% des demandeurs d’emplois participants ne pointent plus au chômage, et sont devenus acteurs de leur propre insertion. Cela sans surcoût pour les collectivités locales.
Prades est aujourd’hui une ville économiquement sinistrée. Le taux de chômage y atteint le chiffre astronomique de 25%, plus de deux fois la moyenne nationale. Et sous les deux mandats de Jean Castex, en 12 ans, il n’a pas reculé d’un pouce. Bien sûr la municipalité actuelle n’est pas seule responsable de la misère économique qui s’est abattue sur Prades. Mais force est de constater qu’elle n’a mis en œuvre aucune solution innovante pour l’affronter. Sans imagination, et sans précaution, elle a tout misé sur une zone commerciale en périphérie de la ville, en négligeant son impact négatif sur le commerce de centre-ville, et sur la vie sociale des Pradéen-nes.
Il est temps de reprendre les choses en main. L’urgence est là. Faire repartir l’emploi à Prades ne sera pas chose facile. Mais l’équipe de Prades en Collectif s’engage à faire de la municipalité un acteur économique et social de premier plan, et à consacrer toute l’énergie nécessaire à la lutte pour l’emploi à Prades et dans la Communauté de communes. Elle est convaincue que l’initiative « Territoire zéro chômeurs de longue durée » est un exemple à suivre. Et elle déploiera tous les moyens pour faire entrer Prades dans ce dispositif.
La rencontre de mercredi était la première pierre d’un édifice que nous construirons ensemble, avec les habitants du Conflent, pour régénérer le tissu économique local et renforcer la cohésion sociale sur notre territoire ».