La rumeur a vite enflée, en terrasses de cafés, sur la plage et dans les rues de Collioure, concernant le traditionnel feu d’artifice du 16-août, comme quoi le Conseil général des Pyrénées-Orientales aurait refusé à cette occasion que les illuminations soient accrochées et/ ou tirées depuis les murs du Château Royal, propriété du Département.

Il n’en fallait pas plus pour rallumer la mèche politique entre partisans du nouveau maire de Collioure, Jacques Manya (UMP), et son prédécesseur, Michel Moly (PS), actuel conseiller général du canton de la Côte Vermeille et 1er vice-président de l’Assemblée départementale.

Renseignements pris à la source, il n’en est rien ! Le Conseil général n’a jamais interdit que le feu d’artifice soit tiré depuis les murailles du Château Royal, comme le prouvent les deux courriers échangés entre le Conseil général’66 et la Municipalité de Collioure que nous nous sommes procurés (cliquer sur les liens ci-dessous).

Le Conseil général’66 a autorisé le tir du feu d’artifice depuis le Château Royal, comme les autres années : 1 million d’euros de travaux a été engagé par l’Assemblée départementale pour la réfection du célèbre donjon ; ces travaux, arrêtés pendant l’été, redémarreront le mois prochain. Comme le chantier n’a pas encore été réceptionné, cela veut dire que l’entreprise serait responsable en cas de détérioration. C’est pour cette raison que le Conseil général’66 a demandé au maire de Collioure de procéder à un état des lieux avant et après le feu d’artifice.

Dès lors, comme cela court déjà sur les réseaux sociaux : « On peut s’étonner des propos tenus par le 1er magistrat lors de son discours d’ouverture des Fêtes : …La peur des bombes et des pétards nous ont valu du châtelain quelques ennuis et avatars qui seront oubliés demain… ».

Courrier CG autorisation tir feu d’artifice du 16_08_2014