Une promenade interrompue par des dizaines de selfies, par des tonnerres d’applaudissements et de « bravo! » : c’est ainsi que l’on pourrait résumer la journée du dimanche 1er mars de l’eurodéputé Carles Puigdemont dans les rues de Collioure

 

 

L’ancien président de la Generalitat de Catalunya (aujourd’hui en fuite – ou en exil selon où on se place – en Belgique) – la justice espagnole l’a condamné « pour sédition et détournement de fonds publics » – était le samedi 29 février 2020 à Perpignan, où plus de 100 000 personnes venues essentiellement d’Espagne l’ont acclamé dans le cadre de son meeting.

A Collioure, la visite de Carles Puigdemont était toute autre, loin des phares médiatiques, très loin des politiciens calculateurs en mal de notoriété à quelques jours du premier tour des élections municipales françaises : l’eurodéputé s’est rendu au Café Sola, à l’Hostellerie des Templiers, il a rencontré des artistes locaux, accompagné de son véritable Ami Jordi Vera, il s’est entretenu avec des tas de gens, des touristes espagnols, des Colliourencs, des anonymes, se prêtant à chaque fois et des heures durant au cérémonial des selfies !

« Cela a été un dimanche particulier, une journée mémorable, retiendra Roger Riera, Colliourenc très connu et apprécié, qui l’a suivi dans son « voyage » à Collioure, qui l’a surtout conduit dans le cimetière du petit port catalan pour se recueillir devant la tombe de l’immense poète espagnol, Antonio Machado. « Contrairement à ce que j’ai pu lire dans une certaine presse, se désole Roger Riera, une seule personne présente dans le cimetière, en fin de matinée, lorsque nous sommes arrivés avec Carles Puigdemont, a manifesté son mécontentement. Une discussion s’est alors engagée entre les deux hommes, elle a été courtoise et a duré moins de deux minutes, j’étais présent je peux en témoigner. La foule qui entourait alors Carles Puigdemont n’a jamais été hostile. Bien au contraire. Mon frère Jean-Paul et moi sommes restés à deux mètres de Carles durant cette visite. La balade dans les ruelles du vieux Collioure a été extraordinaire, il fallait voir l’accueil qui l’a reçu. Digne d’un Chef d’Etat ! Ce que j’ai lu dans une certaine presse, concernant le passage de Carles Puigdemont au cimetière de Collioure, ne correspond pas à la réalité. Ce n’est pas la vérité. En tout cas au moment où nous y étions il n’y a eu ni bousculade ni engueulade. Et encore moins une émeute, n’en déplaise à certains ! Collioure a vécu un grand moment, un grand moment d’enthousiasme et d’amitié vis-à-vis de Carles Puigdemont ! ».

 

Dimanche 1er mars 2020, en fin de matinée : Roger Riera et Carles Puigdemont devant la tombe du poète espagnol Antonio Machado, dans le cimetière du village de Collioure.