(LETTRE AUX COLLIOURENCQS 27/04/2020)

 

 

« Mes Chers concitoyens,
Nous entrons ce matin dans notre septième semaine de confinement. Le courage et la discipline de tous ont été exemplaires. Soyez fiers du sens des responsabilités que vous avez démontré

 

La méthode du confinement est la base de la lutte contre la propagation d’une épidémie depuis l’antiquité. Si les temps actuels s’accommodent très mal de la privation de liberté, la solidarité nationale semble nous avoir permis d’endiguer un premier assaut du Coronavirus. Le résultat, en termes de santé publique et de décès, devient cependant très lourd. Le confinement reste donc un geste de générosité humanitaire. Il est heureux que dans une approche parfois confuse du moyen de se prémunir contre un risque sanitaire dévastateur, ce soit la préservation de la Vie et non de l’Economie qui ait guidé le choix collectif.
Nous savons depuis la dernière intervention télévisée du Président de la République, qu’une sortie progressive des mesures coercitives que nous vivons, est prévue à partir du 11 mai.
Le déconfinement est donc en préparation. Un « ministre » a même été désigné pour le coordonner. Une gestion calamiteuse de cette sortie de crise, nous expose à des dangers bien plus grands que ceux que nous avons traversés. Après le déconfinement pourrait survenir la déconfiture… Nous serons en théorie, informés le 28 avril dans la soirée de la procédure choisie, dans le temps et dans l’espace.
Déjà une amorce de reprise de certains services publics s’est opérée. Le ramassage des ordures ménagères concerne l’ensemble des bacs. Le tri sélectif n’est pas opérationnel, c’est une demie-régression, une demie démission… Nous en reparlerons.
Les déchetteries réouvrent peu à peu au fur et à mesure de l’équipement des personnels.

 

Deux sujets vont nous occuper : les masques et l’école

 

-Pour les masques, j’ai tenu à encourager mes collègues maires de la Communauté de Communes à nous inscrire dans une démarche collective de commandes de masques. C’est chose faite, 100 000 masques ont été commandés pour les 15 communes. Collioure en réservera 5200 dans un premier temps. L’Association des Maires s’est jointe au Département et à la Région pour une commande groupée. Là aussi, nous sommes associés pour 5200 masques supplémentaires. Ces masques devraient être disponibles à partir du 4 mai et leur livraison devrait s’étaler jusqu’en Juin.
Les masques sont un des éléments de la bonne conduite du déconfinement pour nous prémunir contre un rebond de l’épidémie. Dans notre région, l’immunité collective est faible, à peine plus de 3% versus 11% dans le Grand Est. Ces masques ne feront cependant pas tout, loin de là. Les gestes barrières et le lavage des mains restent encore nos meilleurs atouts. La généralisation des tests de dépistage virologiques et sérologiques, doit aussi sécuriser le retour à la liberté.

-Pour l’école, nous travaillons avec Madame la Directrice, nos agents que nous devons protéger, et les parents d’élèves, à pouvoir reprendre une vie scolaire dès le 11 mai prochain. La semaine qui vient nous permettra de travailler à un plan de reprise qui sera exposé et débattu en « visio- conférence » le 4 mai au matin. Les directives du ministère qui ne manqueront pas d’être affinées cette semaine, seront respectées.
Le service de la navette et de la cantine doit être évalué dans une discussion bénéfice/ risque à l’échelle individuelle mais aussi collective.
Mes chers concitoyens, nous sommes bien conscients que ce confinement, ces épreuves qui ont été imposées aux français, auront bien d’autres conséquences que la distanciation sociale. Nous vivons un véritable séisme dans nos rapports humains, dans nos relations quotidiennes. Le premier danger est le repli sur soi et l’isolement. Nous l’avons vérifié dans notre veille auprès des personnes isolées ou vulnérables. Nous constatons que ce qui manque le plus reste la chaleur d’une voix humaine, le temps suspendu d’une conversation. Ce déconfinement social prendra des semaines à s’opérer pour que nous cessions de regarder l’autre comme un vecteur potentiel mais bien comme un ami, un allié, un frère…
Le déconfinement économique s’avère encore plus périlleux tant les impatiences sont grandes et la situation de nos entreprises compromise. Il s’opèrera sur un état exsangue et dans un état sanitaire global non encore stabilisé. Il est difficile d’imaginer le passage de 10 millions de chômeurs partiels à un niveau d’emploi acceptable. La fragilité de notre économie, sa vulnérabilité et sa dépendance internationale n’encourageront pas l’initiative…
Localement, le tourisme premier moteur de notre économie, se révèle être sa grande faiblesse par sa saisonnalité. La redistribution de la manne financière sur les professionnels et les collectivités sera très limitée pour les mois à venir. Ce déficit sera aggravé par des limitations de circulation qui ne manqueront pas d’intervenir, aux frontières mais aussi en France. Il est évident, qu’il n’est pas possible d’envisager un retour à la liberté d’aller et venir, au risque de voir le virus circuler à nouveau vers des zones peu atteintes jusque- là. L’accès aux plages et aux activités balnéaires, déterminant majeur d’une reprise d’activité de nos entreprises touristiques, va devenir un sujet « brulant » avec la remontée du thermomètre.
A Collioure, l’équipe municipale qui ne tardera pas à reprendre les commandes, aura à gérer une situation extrêmement délicate dans laquelle les objectifs partagés devront être clairs. Je sais qu’elle travaille déjà à ce délicat projet et je lui souhaite sincèrement de réussir.
Mes chers concitoyens, nous n’en avons pas fini avec ce ménage à trois entre le Médecin, l’Economiste et le Politique qui parfois hésitant, essaie de décider in fine. Le déconfinement et le retour vers un niveau de liberté acceptable, méritent d’être maitrisés en concertation étroite entre ces trois acteurs. Il en va de la conciliation négociée du possible et de l’acceptable pour ne pas avoir à chercher plus tard un responsable.
Protégez-vous encore.
Soyez assurés de notre entier dévouement ».

 

Jacques MANYA, maire intérimaire