(Le plus célèbre pêcheur de la Côte Vermeille, « P’tit Louis » de Collioure, et la très sympathique présidente de la nouvelle Grande Région OCCITANIE/ Pyrénées-Méditerranée, Carole DELGA, ont passé une partie du réveillon du Nouvel An à l’Hostellerie Les Templiers).

 

L’ancienne ministre et actuelle présidente de la nouvelle Grande Région OCCITANIE/ Pyrénées-Méditerranée, Carole DELGA (PS), n’a pas craint de venir passer une partie de son réveillon de la nuit du Nouvel An à Collioure. En effet, hier soir, c’est en compagnie du 1er vice-président du Département et ex maire de Collioure, Michel MOLY (PS), de son épouse Isabelle MOLY-BLIN et d’une gloire locale, Louis BALOFI (dit « Petit Louis »), personnage truculent et sémillant, haut en couleurs sans aucun doute le plus photographié en noir-et-blanc sous le soleil du Roussillon, que Carole DELGA s’est attablée à l’Hostellerie des Templiers, tandis que l’actuel maire de Collioure, le docteur Jacques MANYA (LR/ Les Républicains), avait placé ces fêtes de fin d’année sous le thème de… l’identité catalane.

 

D’ailleurs, lors de son traditionnel discours des fêtes, prononcé hier en début de soirée, le 1er magistrat n’a pas hésité à en remettre une couche (sur le ton de l’humour mais avec sincérité) pour reprocher à la présidente de la nouvelle Grande Région de ne pas l’avoir baptisée « OCCITANIE/ Pays Catalan ». Quant au thème « les Catalans » retenu, il ne semble pas avoir trouvé beaucoup d’échos ni dans l’opinion publique colliourencque ni parmi les très nombreux fêtards : pratiquement aucun habit de catalan dans les rues, aux abords des bodegas ou sur la plage. Pas la moindre barretina en vue, pas même en guise de couvre-chefs sur la tête des élus locaux…

 

En revanche : quelques houpettes de marins (bien) français, des bérets basques, des boléros, des bonnets de fou, une bicorne, quelques bobs, des borsalinos italiens, des casques de moto, des casquettes, un chapeau ouzbek, des chapkas bien sûr, des tas de casquettes portées à l’envers version 93… Mais la Fête a été une belle réussite, elle a remporté un vrai succès, c’est là tout l’essentiel.

 

A l’évidence, Carole DELGA a eu raison de venir à Collioure, où elle a été chaleureusement accueillie. Nous n’en doutions pas un seul instant ! Elle n’aura pas été dépaysée par un folklore local des plus discrets, certes. « Son courage a payé ! », nous a fait remarquer un Colliourenc noceur. Et d’ajouter : « Cela prouve bien que le département des P-O et ses habitants ont une place de choix dans son cœur, car elle a tenu à être présente à Collioure, pour le dernier jour de l’année 2016, puis à Argelès-plage, pour le premier jour de l’année 2017. Pendant ce temps, nombre de ceux qui prétendent défendre notre territoire réveillonnaient à Barcelone, à Paris ou dans les Alpes ! ».

 

Dans un autre établissement de Collioure, au Café Sola plus précisément, c’est une star du disco sur le retour, M.R., qui a mis l’ambiance : vêtu de ses traditionnelles frasques « à la Rémy Gaillard », il a été la cible de tous les smartphones durant toute l’heure apéritive. Et au-delà jusqu’au plat de lentilles de ce dimanche midi. Il faut dire que son come-back à Collioure avait fuité sur les réseaux sociaux.

 

Du coup, M.R. a dû interpréter en play-back un pot pourri de ses plus grandes reprises diffusées régulièrement dans les ascenseurs des gratte-ciels de Hong-Kong, New-York, Sydney et Toronto, entre autres mégapoles anglosaxones ! Et comme la légende l’affirme à chacun de ses passages au Café Sola : le patron des lieux, Laurent PUIGSARBE, a dû lui laisser les clés de la boutique afin qu’il assure la fermeture du bistrot. Car derrière le rideau baissé, à 2h 30 du matin, M.R. dansait et chantait toujours. Encore et encore. Et encore et encore. Et encore, encore, encore !