On se souvient que les maires des deux communes, José PUIG à Claira et Madeleine GARCIA-VIDAL à Saint-Hippolyte, avaient souhaité se rapprocher dans le cadre de nouvelles lois de la République permettant à des communes de s’unir pour sceller un nouveau destin et ne faire qu’une. C’est le bouillant maire-vigneron et conseiller départemental José PUIG – sans doute pour sauver sa communauté de communes Salanque Méditerranée aux lendemains du cuisant échec de son ami Guy PARèS à la municipale partielle de Pia ? – qui avait lancé cette idée sous le manteau. L’union ne verra donc jamais le jour, puisque la Préfète des P-O, Josiane CHEVALIER, en a décidé ainsi…

Quant à José PUIG, toujours (mais jusqu’à quand ?) à la tête de Salanque Méditerranée, ses difficultés de gestionnaire ne font que commencer, puisque il y a moins d’un mois son budget complémentaire de ladite communauté de communes n’est passé que… d’une voix ! Certes, cela est suffisant pour l’entériner, mais…

A suivre.

 

A SAINT HIPPOLYTE L’OPPOSITION COMMUNIQUE

« Au cours du mois de septembre tout le monde a pu lire dans l’Indépendant plusieurs articles annonçant le mariage prochain de notre commune avec celle de CLAIRA.

Des réunions publiques se sont tenues dans les deux villages, les conseils municipaux ont validé les intentions des deux maires, annonçant que le projet allait se réaliser et laissant croire que Mme la Préfète avait donné son accord… Il n’en était rien.

En effet on ne décide pas tout d’un coup au mois de septembre de fusionner avec la commune voisine alors que l’on sait qu’au 1er janvier 2016 l’agglo va se transformer en communauté urbaine. Cette démarche dénote un léger amateurisme pour ne pas dire de naïveté de la part de notre maire. (Pourquoi cette précipitation ?)

Le délai était trop court, car aucune approche financière n’avait encore été réalisée sur la somme que devraient régler SAINT HIPPOLYTE et SALANQUE MEDITERRANEE à l’Agglo, et ce n’est pas en trois mois que cette convention pouvait être réalisée.

C’est donc dans le dernier opuscule municipal, début novembre que notre maire a annoncé à la population : nous restons ST HIPPOLYTE, sans adjoindre CLAIRA à notre nom. Et pourtant, depuis la réunion du 17 septembre dans le bureau de Madame la Préfète, les deux maires savaient pertinemment que le projet ne verrait pas le jour en 2015 mais en 2016, entraînant le départ de CLAIRA à la communauté urbaine et partant de là, la disparition de Salanque-Méditerranée, Salses et Pia devant intégrer elles aussi la communauté urbaine.

Espérons que la précipitation de notre municipalité à vouloir quitter l’agglo et les critiques ressassées régulièrement à son encontre par notre maire (encore hier soir sur France Bleu Roussillon, ne vont pas entraîner une mise à l’écart de notre village et une mise en attente de projets qui restent à réaliser grâce aux compétences de la future communauté urbaine ».

MARIAGE ANNULE