Hier soir, en séance publique version COVID, le maire Marc Petit avait invité les élus de son Conseil municipal de Claira à voter pour désigner sa nouvelle 1re adjointe, en remplacement de Nathalie Denis évincée de son poste la semaine dernière « pour avoir osé se présenter aux prochaines élections départementales, des 20 & 27 juin, sur le canton de La Côte Salanquaise, face à son Premier magistrat »… Nous nageons là en pleine bullinade !

Hier soir, il s’en est fallu d’un chouia pour que Nathalie Denis retrouve… sa place d’adjointe ! Et ce le plus démocratiquement du monde. Les membres du Conseil municipal, à la demande du maire Marc Petit, ont tout de même validé le choix decanton de La Côte Salanquaise, qui a vu 13 voix se porter sur sa personne, tandis que Nathalie Denis, démissionnée, en récoltait seulement 12… et que par ailleurs 2 bulletins nuls étaient comptabilisés.

Bref, il s’en est fallu de très peu, d’un cheveu, d’une voix en l’occurrence, pour que Nathalie Denis récupère un poste d’adjointe auprès de Marc Petit. Incroyable !

Cette situation place plus que jamais le maire de Claira dans une position délicate, des plus compliquées en tout cas, au sein de son propre conseil municipal : « En clair, nous a confié un observateur extérieur au Conseil municipal, le moindre faux-pas de Marc Petit et on retrouve la problématique du mandat d’Hélène Malé*… ».

Mais hier soir à Claira il y avait deux élections au sein du Conseil Municipal : pour le poste de 1re adjointe, c’est Marie-France Rofidal, la candidate du maire, qui a décroché la timbale pour remplacer Nathalie Denis.

Il est à noter que Nathalie Denis avait demandé à ce que les bulletins de vote soient imprimés anonymement par ordinateur, ce qu’a refusé Marc Petit qui lui aurait répondu « Que les élus savaient écrire leur nom » (…). En faisant cette réclamation, Nathalie Denis voulait tout simplement « éviter une reconnaissance graphologique au moment du dépouillement et garantir l’anonymat et la liberté d’expression de chaque élu… J’avais moi-même imprimés les bulletins, explique Nathalie Denis, je les avais sortis pour les lui donner, il n’avait donc rien à faire, ils étaient prêt et découpés, mais il a refusé… ».

 

L.M.

 

*Hélène Malé avait succédé à feu José Puig, le 16 novembre 2017 pour tenir bon an mal an le gouvernail de la barque municipale clairanencque jusqu’aux dernières élections l’an passé (3 juillet 2020).