« Je soussigné Philippe Bienfait, agissant en qualité de Président de l’association Bien Vivre en Vallespir, entends, par la  présente, répondre point par point à la Tribune Libre/ Jean-Jacques Planes : « Céret… le nouveau pont sur le Tech va arriver maintenant très prochainement », publiée le 4 février 2021, dans laquelle l’association que je représente est directement mise en cause

 

Dans cette tribune libre, Monsieur Jean-Jacques Planes, s’exprimant en tant que membre du bureau du GETO (Groupement Economique Tech-Ulrich), mettait en cause les opposants à cette nouvelle infrastructure et leur position à ce sujet.

 

1 – Pour Monsieur Planes : « Mus par des intérêts particuliers, une poignée d’irréductibles se lève pour contester cet équipement rejoints par des associations sans aucun lien avec notre ville… ».

Bien Vivre en Vallespir conteste vivement ces attaques. Cette association, à l’origine de l’opposition à ce projet de pont et route, comprend plusieurs dizaines de membres (dont le nombre ne cesse de croître). Deux membres seulement sont directement impactés personnellement par ce projet. L’intérêt général doit évidemment prévaloir, mais est-il illégitime de s’opposer à l’expropriation et à la destruction de sa maison lorsque cet intérêt général est contestable ?

L’action de Bien Vivre en Vallespir est soutenue par plusieurs associations locales bien connues (Vallespir Terres Vivantes, Albères Terres Vivantes, AMAP de Céret, Pacte pour la Transition Écologique du Boulou, etc.) ainsi que par une quinzaine d’associations départementales, pour certaines à travers leurs représentants locaux, comme c’est le cas de la Confédération Paysanne.
A ce jour, les 1 700 signataires de notre pétition sont majoritairement locaux.

 

-2- Selon M. Planes : « … sans penser à relever les nombreux côtés positifs qui font de ce pont un incontournable. Les atouts sont nombreux, un parking multimodal est prévu en entrée de déviation pour favoriser les déplacements en bus et le covoiturage, une piste cyclable rejoindra la voie verte et le centre-ville au travers de l’Espace Tech Oulrich favorisant les déplacements doux.
M. Planes n’apporte guère d’arguments justifiant le caractère « incontournable » du projet ; en outre, depuis 10 ans que la déclaration d’utilité publique a été prononcée, personne à Céret n’a milité pour ce projet qui semblait abandonné.

Bien Vivre en Vallespir est favorable à la création d’un parking multimodal à proximité de Céret, qui sera pratique également pour la population du Haut-Vallespir, mais la réalisation de celui-ci ne dépend en rien de cette nouvelle infrastructure routière. En outre, l’accompagnement de ce projet par une piste cyclable rend-il ce projet plus verdoyant que la situation actuelle (sans cette nouvelle route) comme on tente de nous le faire croire ?

 

-3- L’extension de la zone Tech Ulrich, poumon économique, pourvoyeur d’emplois pourra se poursuivre au Nord-ouest avec une valorisation des terrains appartenant à la Communauté de Communes du Vallespir. »
L’extension du la zone Ulrich n’est pas dépendant de la réalisation de ce pont, puisqu’il suffit, en cas de besoin, de réaliser une autre entrée depuis la D115 à l’extrémité est de la zone.

 

-4- Selon M. Planes « Sans parler des bienfaits évidents sur la circulation et l’abaissement de fréquentation sur les boulevards et notamment l’avenue du Vallespir qui étouffe littéralement sous le trafic quotidien de milliers de véhicules descendant du Haut-Vallespir. »
Concernant les difficultés de circulation dans la ville, tout le trafic descendant du Haut-Vallespir soit vers la plaine, soit vers Céret par l’avenue du Vallespir, continuera à suivre le même chemin sans être concerné par cette déviation. Le seul problème réel est le ralentissement ponctuel dans le sens montant sur l’avenue des Aspres (entre la zone industrielle et le pont de Céret). De plus, il est illusoire de penser que les nuisances sur cette avenue seront réduites par ce projet. La circulation pourrait être amélioré à moindres frais et en limitant les dégâts. Nous proposons, par exemple, de réutiliser la voie ferrée abandonnée et son pont pour les véhicules montant vers le Haut-Vallespir depuis la plaine (4/5e du flux montant au pont de Céret). Une alternative serait de réaménager le rond-point des Lladoners pour faciliter le dégagement vers le Haut-Vallespir. En plus d’avoir un véritable impact sur la circulation
vers le Haut-Vallespir, cette proposition aurait l’avantage d’être réalisable à un coût beaucoup plus raisonnable.

 

-5- Enfin, quant au lien avec le nouveau PLU de Céret, le GETO prétend que « … surtout le seul axe de développement urbain se situe sur Nogarède, notre ville doit se doter d’une nouvelle maison de retraite, d’une résidence senior, d’un cabinet médical et d’un lotissement communal si ce pont ne se fait pas, c’est toute la vision urbanistique qui devient obsolète et les projets municipaux seront nuls et non avenus. ».
La nouvelle municipalité souhaite privilégier la rénovation du centre et la construction dans les “dents creuses” du périmètre urbain. L’extension de l’urbanisation de Nogarède (Sud-Est de Céret) devrait concerner environ trois hectares. 1,3 hectares concernent la maison de retraite. Le reste sera consacré à un lotissement communal qui permettra l’installation d’une quarantaine de foyers, soit une centaine de personnes : pas de quoi bousculer l’équilibre géographique d’une commune de presque 8 000 habitants !

 

Pour conclure, Bien Vivre en Vallespir et les associations qui soutiennent son action ne sont pas contre ce projet par principe, mais ont des arguments réfléchis et raisonnables à faire valoir contre un projet extrêmement coûteux et aux buts inavoués ».

Pour Bien Vivre en Vallespir, Philippe Bienfait, président