(Muriel RESSIGUIER, député La France Insoumise de l’Hérault et Mickaël IDRAC)

 

Pour leur 4° édition qui se tenait samedi 12 octobre à Céret, les Vendémiaires insoumises et citoyennes des Pyrénées-Orientales avaient convié la députée de l’Hérault Muriel RESSIGUIER. Ses interventions au cours de la journée ont porté sur deux aspects principaux.
Partant de l’analyse de la situation et du climat politiques, elle a insisté sur l’aggravation des crises qui secouent non seulement la France mais aussi la planète. « Le gouvernement actuel favorise véritablement les plus riches, par ses politiques publiques au service d’une minorité. C’est le cas en matière par exemple de fiscalité ou avec la casse des services publics et de la protection sociale. Au-delà des discours de bonnes intentions, il ne prend pas non plus en compte les urgences écologiques ». La députée Insoumise poursuivait en déplorant le fonctionnement de plus en plus déconnecté des aspirations populaires de la majorité réunie autour du Président Emmanuel MACRON. « Le caractère monarchique des institutions de la V° République est puissamment renforcé par la pratique personnelle du pouvoir exercée par cette majorité ».
Muriel RESSIGUIER a également longuement abordé la question de l’extrême droite. La commission d’enquête parlementaire qu’elle a présidée a rendu en juin dernier un rapport sur l’ultra-droite intitulé « La nouvelle menace d’ultra-droite : mieux l’appréhender pour mieux la combattre ». Elle y dénonce la montée et la banalisation de thèses nauséabondes. « La connivence avec les plus hautes sphères est évidente et préoccupante. La « zemmourisation » des esprits produit des effets inquiétants ». Ce rapport entre en résonance particulière avec la situation des Pyrénées-Orientales.
Les échanges avec la salle ont montré que, pour reprendre l’expression de l’animateur des débats Mickaël IDRAC, « la solidité du projet de La France Insoumise est un rempart contre les crises et les dérives qui affectent notre pays ».