Alain Torrent, maire Divers Gauche (DvG) de Céret, a été réélu, hier soir, président de la communauté de communes du Vallespir, par 25 voix sur un collège de 35 conseillers communautaires. Dix électeurs se sont donc opposés à ce choix en préférant voter blanc ! C’est la première fois, il semblerait, à ce poste, qu’Alain Torrent soit autant contesté.

Tous les maires de cette intercommunalité ont ensuite été élus vice-présidents.

Robert Garrabé (PS), maire de Saint-Jean-Pla-de-Corts et conseiller général, a été le moins bien élu dans la fonction avec seulement (car tout est relatif) 29 voix pour et 6 voix contre, tandis qu’à l’opposé, ou à l’inverse selon le terrain où l’on se place, Albert Chiscano, maire de Le Perthus, et Jean-François Dunyach, maire de Reynès, sont ceux qui ont obtenu le plus de voix, faisant carton plein : 35/ 35 !

De l’avis de participants à ce scrutin de l’intercommunalité, « l’élection d’Alain Torrent a été plus compliquée que ce qu’il pensait (…). Manifestement, lui et Garrabé ont souffert d’une érosion de leur confiance (…) ».

L’analyse des voix qui se sont portées sur les uns et les autres témoignent d’une certaine confusion, elle montre en tout cas que au sein de la communauté de communes du Vallespir plus rien ne sera comme avant, « d’abord parce que les élus – ici comme ailleurs – ne semblent pas avoir compris les messages que la population a fait passer lors des récentes élections municipales (…) ».