Communiqué de presse.

 

 

« EELV Cerdagne & Capcir
Municipales 2020 : notre participation au débat

*****************************************************

Les élections municipales des 15 et 22 mars prochains créent un moment propice au dialogue avec les élus et futurs élus. Pour les militants d’Europe Ecologie – Les Verts (EELV) en Cerdagne & Capcir, c’est l’occasion d’inviter les citoyens à interpeller les candidats sur un certain nombre de propositions et de préoccupations qui nous paraissent pouvoir utilement participer aux débats qui animent notre territoire.

1. Éclairage public nocturne

L’éclairage de nos villes et villages représente, selon l’ADEME, près de 40 % de la facture d’électricité des communes, perturbe la biodiversité et empêche de contempler les étoiles.

Mettrez-vous en place (si ce n’est déjà fait) l’extinction de l’éclairage municipal la nuit ?
Inviterez-vous les propriétaires de résidences privées à faire de même ?

2. Artificialisation des sols & étalement urbain

Les projets d’aménagement de notre territoire de montagne récemment actés (PLU, PLUi, SCOT) prévoient l’artificialisation d’un nombre important de terres agricoles et naturelles.

Vous engagez-vous à tendre vers une artificialisation la plus modérée possible de nouvelles terres dans votre commune, en limitant les constructions aux « dents creuses » et aux parcelles en stricte continuité du bâti existant ? »

3. La question de l’eau

Outre les problèmes fonciers, les perspectives d’urbanisation supplémentaire posent le problème du cycle de l’eau sur notre territoire.

Comment comptez-vous sécuriser l’approvisionnement en eau potable des habitants dans le cas d’une augmentation des résidences à desservir ? Dispose-t-on notamment de capacités épuratoires suffisantes ?

La qualité de l’eau des rivières, qui sert à l’irrigation et conditionne la bonne santé de la biodiversité, fait régulièrement l’objet d’analyses. Vous engagez-vous à en rendre publics les résultats ?

Depuis janvier 2018, les communautés de communes disposent de la compétence GEMAPI (gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations).

A quelles actions concrètes sont consacrés les fonds collectés grâce à la taxe que nos communautés de communes prélèvent au titre de la compétence GEMAPI ?

4. Cantines, restauration collective

La commande publique a un fort pouvoir structurant des filières économiques qui lui sont liées. Pour de nombreux producteurs, elle représente un débouché fiable, stable, susceptible de sécuriser leur activité.

Augmenterez-vous la part des produits locaux, si possible bio, dans la restauration collective dont vous aurez/avez la responsabilité ?

Même si nous vivons sur une terre d’élevage réputée, la consommation de viande au quotidien n’est pas forcément une bonne habitude à prendre – surtout si on veut que tout le monde puisse se nourrir sur la planète. Un repas peut être équilibré sans alimentation carnée. Il est important que les jeunes générations le comprennent.

Mettrez-vous en place un repas végétarien hebdomadaire dans les cantines scolaires ?

Nous disposons en Cerdagne d’un abattoir transfrontalier et d’une salle de découpe.

Comment comptez-vous agir pour que la restauration collective sur notre territoire (écoles, EPHAD) soit davantage alimentée en produits provenant d’élevages locaux ?

5. Affichage publicitaire

Nous sommes un territoire de montagne. Les paysages sont notre richesse. On ne peut pas faire n’importe quoi en terme d’affichage publicitaire. Il y a des lois, et nous sommes dans le périmètre d’un Parc naturel régional (PNR).

Interviendrez-vous auprès des commerçants dont les enseignes et préenseignes publicitaires sont en infraction avec la réglementation en vigueur ?

S’agissant des enseignes autorisées (relatives à la vente de produits locaux), avez-vous l’intention de travailler avec leurs propriétaires pour que celles-ci soient conformes aux critères de la signalétique d’information locale (SIL) préconisée par les pouvoirs publics (loi de 1979) ?

6. Logement

Centres-bourgs inhabités alors que de nouveaux lotissements sortent de terre ; multiplication des offres de locations saisonnières mais impossibilité de se loger à l’année en tant que locataire ; problématique particulière des travailleurs saisonniers… La question du logement est une des principales questions sociales du territoire. Comment veut-on y vivre si, bien qu’en y ayant trouvé du travail, il n’est pas possible d’y habiter ?

Les communes peuvent jouer un rôle important. En usant de leur droit de préemption pour acquérir et gérer des constructions réservées aux locataires.

Comment comptez-vous agir en direction des travailleurs saisonniers et des locataires cherchant à se loger sur notre territoire à l’année ?

7. Mobilités douces

La circulation à vélo dans de nombreux villages et le long de certains axes routiers pourrait être davantage sécurisée, ne serait-ce que grâce à un marquage au sol. Des pistes cyclables en site propre pourraient être envisagées.

Comment prévoyez-vous d’agir en faveur des mobilités douces ? ».