Communiqué de presse

« Le Parti de Gauche 66 s’inquiète de la construction prochaine d’une seule école regroupant les Angles, Formiguères et Matemale dans le cadre d’un nouveau regroupement pédagogique intercommunal (RPI).

Loin de renforcer « l’attractivité » des territoires ruraux, ces propositions d’aménagement vont dans le sens d’une concentration qui va accroître la désertification du monde rural. Cette réorganisation permettrait donc des économies de postes d’enseignant-e-s sur le dos des villages ruraux mais aussi des élèves qui vont voir leur temps de trajet s’allonger singulièrement dans les zones rurales.

Une fois de plus, sous prétexte de garantir l’accès aux services publics, on mutualise les moyens dans une logique purement économique qui ne fera que dégrader la qualité de l’enseignement au profit de locaux neufs mais moins pourvus en ressources humaines. L’argument de la vétusté ne tient pas quand on est prêt à dépenser des sommes très importantes pour construire une nouvelle école. La fusion des écoles de Font-Romeu avait déjà conduit à des suppressions de postes qui risquent de se renouveler cette année. De même, le projet de RPI en Capcir ou celui de La Cabanasse, qui fermerait les écoles de Mont-Louis et de la Llagonne, ne seront pas non plus sans incidence sur l’emploi.

Devant cette liquidation en règle des écoles rurales, nous devons exiger la sortie des RPI et le maintien d’une école dans chaque village. Les fermetures d’écoles dans les territoires ruraux accentuent le scandale des déserts d’écoles publiques. C’est une entorse à l’idéal de la République. Contribuons à formuler un autre projet pour l’école dans une autre République ».

Nicolas SANCHIS, délégué du PG Cerdagne/Capcir