Communiqué de presse.

 

 

« Mobilisation du 15 février : les saisonniers en lutte pour l’intérêt général

 

 

Les aléas liés à l’enneigement réduisent, chaque année un peu plus, la durée de la saison hivernale. La durée des contrats de travail de celles et ceux qui en sont les chevilles ouvrières est raccourcie d’autant. Cependant que fondent leurs rémunérations.

Comment le gouvernement répond-t-il à cette question sociale que pose la crise climatique ?
En aggravant, sous prétexte de les « inciter » à retrouver plus vite du travail entre deux saisons, la précarité des saisonniers !

Voilà une curieuse façon de penser « en même temps » le social et le climat.

On comprend qu’une journée de contestation soit programmée ce samedi 15 février, partout en France. Une journée d’action qui dépasse la situation particulière des travailleurs saisonniers. Et devrait nous interpeller toutes et tous.

Car le fait de travailler par intermittence est en passe de devenir la norme. Non seulement dans les P-O, où , tourisme oblige, c’est habituel. Mais aussi dans tout le pays, dans tous les secteurs d’activité. Tel est le monde de Macron : rareté des CDI, multiplication des CDD et de l’intérim, incitation à l’auto-entreprenariat.

A la flexibilité de ces statuts étaient jusqu’ici associée une relative sécurisation financière des périodes de jonction entre deux embauches. C’est bientôt fini.

Aussi, plutôt que de mégoter sur l’inconséquence présumée de saisonniers qui osent se manifester alors que « c’est les vacances » et que la RN-116 est coupée, on serait bien inspiré de les entendre. De se sentir également concerné. Et de se joindre à eux demain à Formiguères, 9h, route de Puyvalador ».

 

 

Europe Ecologie Les Verts (EELV), Cerdagne-Capcir