Communiqué de presse.

 

 

« Ubuesque, la transition énergétique et l’aberration fiscale…

 

Les habitants de Caramany sont en lutte pour la défense de leur « Bien Vivre » au travers du Collectif Le Camp Del Roure, ils s’opposent à un projet d’implantation d’un parc éolien (3 à 6 aérogénérateurs) en limite de la commune de Caramany sur le territoire de la commune voisine de Trilla

 

Ce projet est porté par la société Abo Wind.

ABO Wind lance en 2017 la réflexion pour de nouveaux projets sur le territoire des Pyrénées-Orientales. C’est dans ce cadre qu’ABO Wind, en accord avec la municipalité de Trilla, a lancé le projet éolien sur les secteurs de Camp del Roure et Coll de Taupo.

La zone d’étude a été choisie en fonction des différentes contraintes techniques et environnementales du territoire, mais également pour sa position géographique éloignée par rapport aux principaux bourgs. Caramany est situé à proximité du barrage sur l’Agly, le barrage est équipé en 2015 d’une centrale hydroélectrique qui comprend deux turbines de 2.3 MW et construite en aval du barrage.

Or cette centrale est à l’arrêt depuis bientôt trois ans, non pas pour des problèmes techniques mais tout simplement en raison d’un différent qui oppose le Département des Pyrénées-Orientales, propriétaire du barrage, et les services fiscaux concernant la base d’imposition de la taxe foncière sur les propriétés bâties.

D’un coté l’écolo business et ses projets éoliens largement subventionnés par l’argent du contribuable (au travers de sa facture EDF) et qui sous couvert de la transition énergétique (grandement défendue par EELV), n’hésite pas à défigurer nos territoires ruraux afin de produire la soit-disante énergie verte, « sauveuse de la planète », avec des aérogénérateurs qui fonctionnent seulement 25% du temps, mais qui polluent visuellement à 100%… et de l’autre coté une centrale hydroélectrique en place (produisant une énergie pilotable avec un rendement très supérieur aux éoliennes), mais stoppée à cause d’une aberration fiscale. Chercher l’erreur !Remettre rapidement la centrale en activité plutôt que de défigurer à jamais nos espaces naturels me semble plus judicieux. Affaire à suivre ! ».

D.B.