EELV – Cerdagne & Capcir – Communiqué à la presse.

 

 

Centrales photovoltaïques flottantes dans le Capcir : y a-t-il vraiment le feu aux lacs ? Ecologistes habitants les montagnes catalanes, nous sommes comme tout le monde. Nous préférons les énergies renouvelables au pétrole, au charbon et, bien sûr, au nucléaire

 

 

Ne doit-on pas, toutefois, nous interroger sur la pertinence de ce projet de centrales photovoltaïques supposées flotter un jour au beau milieu des lacs de Matemale et de Puyvalador ?

En est-on au point de manquer de parkings, de bâtiments commerciaux, industriels ou communaux sur lesquelles disposer des panneaux photovoltaïques ? N’y a-t-il pas moult surfaces déjà artificialisées à utiliser avant de s’en prendre à des lacs de montagne ?

Veut-on dégoûter les populations riveraines des technologies renouvelables que l’on ne s’y prendrait pas autrement ! D’autant plus que l’on peine à saisir dans quelle mesure il est ou sera tenu compte de leur avis.

Les sites de productions photovoltaïques ne doivent pas être nuisibles pour l’environnement, et ce d’autant plus dans le cadre d’un Parc Naturel Régional. Nous demandons à ce que l’emplacement et l’impact de ce genre de projet fasse l’objet d’une étude scientifique indépendante. Une véritable concertation doit avoir lieu, avec transparence des débats et implication des citoyens.

L’implication des citoyens ? C’est possible. En témoignent les panneaux photovoltaïques installés sur les toitures des écoles et bâtiments communaux de Latour-de-Carol ou Estavar, panneaux « adoptés » par les habitants tout au long d’un processus participatif ».