Ce sera Alain Got !
Le document de campagne du conseiller général sortant du canton de Saint-Laurent-de-la-Salanque, Alain Got (Divers droite), candidat donc à sa propre succession, et diffusé durant le weekend a créé la surprise…
En effet, on y voit à la Une de ce document Alain Got et le docteur René Marquès, ex-président (UDF) du conseil général et ancien sénateur-maire de Saint-Laurent-de-la-Salanque, attablés ensemble et en pleine discussion.
L’ancien parlementaire a même accepté de légender de sa main cette photo : « Élections cantonales de mars 2011, faites comme moi, votez Alain Got pour assurer le meilleur devenir pour tout le canton de Saint-Laurent ». Signé : Dr René Marquès.
Dans le même prospectus électoral s’affichent de très nombreux soutiens en faveur d’Alain Got, 1er adjoint de la Ville de Saint-Laurent-de-la-Salanque, dont : Jean-Louis Bourdarios, Marcelle Janicot, Bernard Pouget, Chantal Légier, Michel Fonvieille, Sonia Rodriguez, Laurence de Besombes, Jean-Pierre Joue, Sylviane Garniel, Roger Garceau, Louisette Lopez, Laurence Gossard, David Rodeano, Catherine Vignaud, Alain Wallart, Rose Verrhiest, Viviane Coste… Toutes, tous, adjoints au députe-maire Fernand Siré (UMP), membres d’ailleurs de la majorité municipale laurentine.
D’autres personnalités locales soutiennent la candidature d’Alain Got aux élections cantonales des 20 et 27 mars 2011; c’est notamment le cas de Michel Montagne, maire de Saint-Hippolyte.
A l’inverse, Louis Carles (UMP), maire de Torreilles et sénateur-suppléant (du docteur Paul Blanc), vice-président de l’Agglo de Perpignan PMCA, ainsi que d’autres élus UMP du canton, soutiennent la candidate officiellement investie par le comité départemental de l’UMP : Mme Marie-José Amigou… également adjointe dans l’équipe municipale du docteur Fernand Siré !
La bouillinade continue.
Mme Marie-José Amigou a tenu une réunion publique vendredi soir, dans la commune du Barcarès, devant environ 80 personnes, en présence de Mme Joëlle Ferrand, maire du Barcarès.
Le choix de M. Marquès de s’investir dans ces élections cantonales, aux côtés d’Alain Got, est d’autant plus surprenant qu’en 2010, lors d’élections partielles, l’ancien sénateur-maire, bien que présent aux réunions publiques de tous les candidats en lice, ne s’était pas mouillé… La donne aurait-elle changé à ce point que le chef-lieu du canton puisse désormais craindre de voir le fauteuil de conseiller général lui échapper ? Quand on sait que cela fait plus d’un demi-siècle que la commune de Saint-Laurent le « possédait » !
A suivre…