La rumeur a couru un temps que ce serait Me Brigitte de Sars de Capèl, domiciliée à Saint-André mais exerçant la profession d’avocat depuis son cabinet implanté dans la commune d’Argelès-sur-Mer, qui croiserait le fer électoral, lors des prochaines « cantonales » (fixées au 20 et au 27 mars 2011), avec Pierre Aylagas, divers-gauche, maire d’Argelès-sur-Mer, président de la communauté de communes Albères/ Côte-Vermeille, et donc conseiller général sortant.
C’est même Mme le député UMP de la 4e circonscription des P-O (Qui s’étire depuis le Vallespir jusqu’à Argelès-sur-Mer, via les Aspres et le canton d’Elne), Jacqueline Irlès, maire de Villeneuve-de-la-Raho, qui était venue solliciter Me Brigitte de Sars de Capèl, pour relever le défi des élections cantonales.
En définitive, c’est – comme d’habitude serait-on tenté de poursuivre – le maire de Palau-del-Vidre, Marcel Descossy, qui portera les couleurs de l’UMP pour tenter de faire vasciller le trône de l’indéboulonnable Pierrot Aylagas.
En effet, aux dernières nouvelles, Me Brigitte de Sars de Capèl se serait retirée de la compétition en ayant la certitude que le maire de Palau-del-Vidre souhaitait remettre le couvert électoral sur son canton. Elle ne sera d’ailleurs pas plus sa suppléante.
Changement de décor. Plus au nord, toujours sur le littoral, dans un autre canton renouvelable, celui de Canet-en-Roussillon – où le conseiller général UMP sortant et maire de Sainte-Marie-la-Mer, Pierre Roig, ne se représente pas – il est de plus en plus question d’une candidature dissidente à droite, celle du docteur Henri Valls.
Ce dernier, lors de la succession à Arlette Franco (députée-maire UMP décédée en fonctions dans la nuit du 31 mars au 1er avril 2010), avait conduit la liste « Agir pour Canet », les 2 et 9 mai 2010, lors de l’élection municipale partielle de Canet-en-Roussillon. Il était alors opposé à un autre candidat UMP, Bernard Dupont, qui l’a emporté.
Pour les élections cantonales des 20 et 27 mars prochains, l’UMP des P-O a déjà choisi son candidat en la personne du maire de Saint-Nazaire, Jean-Claude Torrens.
Un bruit a couru qu’un certain Thierry Patricolo, de Canet, 3e sur la liste d’Henri Valls lors des dernières « municipales » canétoises, ambitionnait d’y aller. Finalement, il aurait décidé tout-récemment de jeter l’éponge et c’est Henry Valls en personne qui devrait logiquement relever le gant.
Depuis le début de la semaine, les chroniqueurs de la vie politique locale affirment même qu’Henri Valls aurait déjà pris sa décision. Il irait ! On l’affuble carrément de plusieurs soutiens politiques, à droite, dont celui de « Debout la République! » (DLR) du député de l’Essonne Nicolas Dupont-Aignan.