Jacques Cresta (PS), député de la 1ère circonscription des P-O et vice-président de la Région Languedoc-Roussillon, était présent ce samedi matin à 11 h, aux côtés de Jean-Louis Chambon (PS), maire de Canohès et conseiller général, et de Jean Roque, 1er adjoint de Toulouges, pour inaugurer le rond-point du Mas Gaffard situé à la jonction des deux communes.

Il a manifesté son bonheur d’être présente sur ces deux communes, tout particulièrement dans le cadre de cette manifestation qui met à l’honneur la concorde et les liens d’amitiés qui lient ces deux communes.

Tant par leur histoire ancestrale, que retrace ce rond-point, avec la Per Dret (Pierre dressée) des Templiers pour Canohès et les dix pierres qui représentent le millénaire de Toulouges avec la signature du premier traité de paix européen et la constitution du premier parlement européen.

Mais au-delà de la riche histoire, ces deux communes sont tournées vers l’avenir. Toulouges depuis longtemps, sous l’impulsion de son maire Louis Caseilles a su dès la fin des années 70 se préparer au futur, avec le développement de ses zones économiques, et le concept nouveau de Naturopole : l’économie au milieu de la verdure dans un environnement de qualité. Mais également doter sa commune et ses habitants d’équipements éducatif, sportif, culturel (auquel va se rajouter l’ouverture prochaine de la Médiathèque) et des lieux de rencontre et de vie comme le Parc de Clairfont, faisant de la cité de la Pau i Treva un lieu réputé pour sa qualité de vie.

Canohès, à côté avait pris du retard, et sa population enviait sa voisine, mais depuis quelque temps, sous l’impulsion d’une nouvelle équipe municipale et de son maire Jean-Louis Chambon, la Belle Endormie se réveille, et se réveille vite. En moins d’un mandat : la Prade a été sauvegardée par un PAEN, cas unique en France et qui fait école, l’Agenda 21 est lancé, le PLU (plan local d’urbanisme) révisé, une ZAC entamée, une nouvelle mairie, une crèche, le restaurant scolaire réhabilité, les rues du centre-ville refaites, le lavoir mis en valeur, bientôt une zone d’activité économique Naturopole Sud verra le jour tournée vers les nouvelles technologies.

« Il est bon de rappeler et de souligner les réalisations engagées, les visions de vos élus. Car souvent lorsque les choix sont faits, ils sont critiqués, et souvent le temps vient leur donner raison », a insisté Jacques Cresta. « Cet endroit en est un exemple vivant. Le pont qui nous surplombe, qui aujourd’hui le remettrait en cause. Pourtant en 2007, les opposants à ce projet, même s’ils n’étaient pas nombreux, faisaient beaucoup de bruit. Enonçant que tout autre solution serait meilleure. Mais grâce à la volonté et à la ténacité du président du Conseil général de l’époque, Christian Bourquin (PS) et à votre conseiller général Louis Caseilles ce projet a été réalisé et permet aujourd’hui de représenter un symbole de la main tendue entre ces deux communes, qui peut-être dans le futur… n’en feront qu’une. Et les anciens raconteront comment à l’époque lors des bals de village, des rencontres sportives ou pour toutes occasions, ils se retrouvaient dans les champs entre les deux communes pour régler leurs différends ».

Le député a conclut son intervention en soulignant « la synergie qui existe entre ces deux collectivités, et tout en ne doutant pas au vu de ces bilans de la réélection de Jean-Louis Chambon sur Canohès et l’élection de Jean Roque sur Toulouges, il veut être celui qui fédérera l’ensemble des énergies de notre territoire: région, département, agglomération et ville, afin de porter des projets dans l’intérêt de l’ensemble de nos populations, de notre économie et de nos territoires ».