Si hier soir Jean-François Copé, président national de l’UMP, a montré qu’il était en capacité de rassembler la droite en réunissant toutes ses troupes, au Parc des Expositions de Perpignan, lors d’un meeting électoral pour lancer les municipales qui, selon les très nombreux participants (près de 2 000), « a mobilisé militants et élus dans un climat de convivialité exceptionnel » : en revanche lors du dîner qui a suivi aux Voiles Rouges à Canet-en-Roussillon, dans les anciens chais du Mas Roussillon réhabilités par la municipalité, la fête a été gâchée par la présence de l’ancien Secrétaire départemental du Front National (FN), Jean-Louis de Noëll, aujourd’hui il est vrai ripoliné aux couleurs de l’UMP, puisqu’il fait partie du Comité départemental de l’UMP’66 (présidé par le sénateur des P-O François Calvet).

En tout cas, certains participants à ce dîner n’ont pas apprécié « cette présence déplacée » de l’ancien N°1 du FN dans les Pyrénées-Orientales, « Qui ne donne pas un signe rassurant à l’électorat républicain… ». Nombre de membres du comité départemental de l’UMP’66 ont jugé cette « présence honteuse et scandaleuse », d’autant que Jean-Louis de Noëll est en procès avec… Jean-Paul Alduy (UDI), ès-qualité de président de l’Agglo de Perpignan (PMCA).

Jean-Louis de Noëll accompagnait là son épouse, adjointe au maire de Perpignan.