Hier matin, dans ces mêmes colonnes, nous avons relaté l’agression dont a été victime, dans la nuit de lundi à mardi, plus précisément entre 2h et 4h, un policier municipal de Canet-en-Roussillon, victime d’un home-jacking, qui a été braqué à son domicile, pris en otage et violenté durant – selon les informations recueillies -, plus d’une heure…

L’agent aurait reçu des coups de couteau et avait dû été transporté d’urgence à l’hôpital de Perpignan. Ses jours ne sont plus en danger, il a pu ressortir de l’hôpital dans la journée.

Selon les premiers éléments de l’enquête, les auteurs de cette violente agression pourraient être en lien direct avec des migrants clandestins, installés provisoirement par des marchands de sommeil perpignanais dans des « squats » situés sur le littoral, plus particulièrement dans la commune de Canet-en-Roussillon, et probablement en relation avec les trente-quatre véhicules fracturés dans la nuit de samedi à dimanche. L’enquête en cours le déterminera.