Colette APPERT et les élus d’opposition de Cabestany communiquent :

 

« Cabestany est une ville à bout de souffle. Ce constat affligeant nous l’avions prévu en 2014.

Notre commune est victime d’une politique passéiste. Le manque de vision et de projection a fait que le budget de fonctionnement est en déficit. Intolérable. Les baisses de dotations ne sont pas les seules responsables.
Avant de s’engager dans des dépenses pour des bâtiments démesurés sur notre commune, il aurait fallu réfléchir sur de nouvelles constructions adaptées et fonctionnelles. Le maire refuse de voir la réalité en face. Plus grave, il s’arque boute sur une position de déni. Il cherche toujours des boucs émissaires : ce n’est pas moi, c’est l’Agglo, ce n’est pas moi c’est l’état etc. Conclusion pour la 5ème année consécutive ils ont voté une augmentation des impôts. Inacceptable.
A notre avis : « Je gagne moins donc je dépense moins ». Simple, évident et efficace.
Et fier de voir notre commune atteindre les 10 030 âmes il s’empresse d’augmenter ses indemnités ainsi que celle de ses adjoints le jour où l’on vote pour la désignation d’un rond-point Gilets jaunes. Cela peut se discuter d’un point de vue moral sachant que les finances de la commune sont au plus bas (recettes de fonctionnement en déficit). Le comble est que cette augmentation est règlementée par la loi et cette délibération a été annulée par la Préfecture car illégale.
Quarante-deux ans de mandat, on aurait pu crier « amateurisme ». Mais ne faut-il pas mieux dire ne confondons pas vitesse et précipitation ».

 

Colette APPERT.