Entendu ce matin, en terrasse d’un café à Perpignan…

 

« Si deux ou trois ministres doivent se déplacer pour chaque incident de ce pays, il va falloir encore augmenter leur nombre et celui des secrétaires d’Etat consacrés pompiers d’office ! C’est bien d’être plus près du peuple, mais le balancier semble aller trop loin, non ? »