Irina KORTANEK, conseillère régionale, conseillère municipale FN de Bompas, communique :

 

« Réunis en séance publique du conseil municipal, le 15 septembre 2015, les élus de la majorité municipale ont adopté la modification de la prime d’assiduité versée par la commune de Bompas à ses employés pour lutter contre l’absentéisme.

La conseillère municipale Front National, Irina KORTáNEK, a voté contre cette modification indiquant dans son intervention que certains motifs de suppression de ladite prime (hospitalisation, accident, congé parental) étaient quelque peu excessifs.

A la suite de ce conseil, le syndicat FO (Force Ouvrière) a adressé une lettre aux élus communaux afin d’attirer leur attention sur le mécontentement de certains employés quant à l’annualisation de la prime et à certains motifs de sa suppression.

L’élue FN a pris contact avec la représentante de FO par rapport à ce courrier pour lui proposer la recherche d’une solution apaisée et l’a rencontrée le 21 octobre lors de la petite manifestation qui a précédé la tenue du conseil municipal.

A ces deux occasions, la responsable FO a formulé le souhait de conserver une position apolitique, ce qui, malgré l’orientation que l’on connaît de FO, pouvait apparaître comme un attitude pondérée et respectable.

Les sympathisants qui m’accompagnaient et moi-même avons été surpris de l’arrivée de journaliste et d’un grand nombre de soutiens UMP devant la salle du conseil municipal tandis que le syndicat et quelques employés distribuaient un nouveau tract aux élus.

Après l’adoption du procès-verbal du précédent conseil municipal, Jean SOL, représentant l’ex-UMP, l’UDI, etc., enfin un petit tout ce qui apporte des voix, a demandé au maire, Jean-Paul BATTLE, de permettre aux employés et à FO de s’exprimer publiquement devant l’assemblée des élus et des médias présents.

Devant le troisième refus du maire qui a rappelé que ce dossier ne figurait pas à l’ordre du jour, le groupe de Jean SOL et ses sympathisants dans le public ont quitté la salle de manière démonstrative, accompagnés des quelques employés municipaux mécontents, de FO et des médias. Il est parfaitement exact que je suis restée dans la salle du Conseil, d’une part pour remplir mon rôle d’élue et m’exprimer sur les dossiers présentés, d’autre part pour me désolidariser de l’action organisée par Jean SOL et ne pas cautionner le mensonge « d’apolitisme » de Mme CHAPITEAU.

La parfaite orchestration qui a marqué ce départ intempestif de l’UMP et de FO ainsi que la venue des médias indique clairement que la décision de créer le buzz avait été prise bien en aval de la séance du conseil.

Par conséquent, il semble difficile à la représentante de FO de se qualifier d’apolitique et sa collusion avec l’UMP paraît dès lors avérée. Désormais, nous pouvons en toute quiétude continuer à parler d’UMPS à Bompas.

J’espère que les électrices et électeurs ainsi que les employés municipaux apprécieront le fait que, malgré le soutien que le FN leur avait apporté, le syndicat FO par la voix de sa représentante trahit de manière éhontée et s’appuie sur un groupe politique bien particulier au lieu de conserver la neutralité et l’impartialité qui permettrait à ce syndicat de trouver dialogue et solutions auprès de la mairie ».