Irina KORTANEK, conseillère municipale de Bomas, ex conseillère régionale FN/ RBM, communique :

« Par voie de communiqué de presse en date du 1er février, la conseillère municipale et conseillère communautaire de Perpignan, Clotilde FONT a fait part de sa démission du groupe FN/ RBM mené par Louis ALIOT.

Eu égard à la réponse de ce dernier, il semble de plus en plus évident que M. ALIOT, grand donneur de leçons de démocratie bannit, sur le champ et sans appel, tout esprit de dialogue, de concertation et d’opposition.

En outre, comment reprocher à Mme FONT de conserver son mandat d’élue pour poursuivre son travail « au sein de diverses structures dans lesquelles [elle a] entrepris une réflexion » ?

Monsieur ALIOT semble oublier qu’un de ses sports favoris consiste à se faire élire, quel que ce soit le mandat, mais de préférence bien rétribué, d’encaisser les indemnités et de battre ensuite des records d’absentéisme. Il suffit pour preuve de vérifier les procès-verbaux des séances de l’ancien Conseil régional ou des conseils municipaux et communautaires de Perpignan.

Respecter les électeurs, c’est également être présent dans les institutions dans lesquelles on est élu, être à l’écoute de tous, même de ses contradicteurs. Déclarer que les Perpignanais ont porté leurs suffrages sur une étiquette et une tête de liste atteste d’un rare mépris tant pour les électeurs, considérés comme des décérébrés, que pour les colistiers, ramenés au rang de simples marionnettes sans aucun intérêt.

Par son communiqué, Mme FONT a simplement indiqué qu’elle ne s’identifiait plus dans l’orientation prise par le groupe FN/ RBM. Elle n’a en rien recherché la « gloire médiatique » et ne mérite certainement pas les mots lourds de sens de Monsieur ALIOT.

Ne me reconnaissant plus, depuis plusieurs mois, dans ce mouvement principalement préoccupé à placer les copains et les transfuges de tous poils aux manettes, plutôt de que défendre ces fameux « oubliés » dont il brigue les suffrages, je m’associe à la démarche de Mme FONT. Désormais, je ne souhaite plus siéger au Conseil municipal de Bompas au nom du FN, mais conserve mon mandat d’élue auquel, pour mon plus grand plaisir et ma plus grande liberté, aucune indemnité n’est rattachée.

Il convient ici de rappeler à M. ALIOT une de ses phrases préférées: « Lorsque l’on veut monter au cocotier, il faut avoir le slip propre ». Aussi, il serait opportun que le chef incontestable et non contestable du FN/ RBM dans les Pyrénées-Orientales surveille les promotions sur les poudres à laver et procède d’urgence à une petite lessive… ».