Le Groupe de travail de transition exemplaire et impartial à l’article 1er de la constitution du 4 octobre 1958, représenté par Abdallah KROUK et Nasser NOUALI, ont eu l’honneur de participer à la cérémonie de la première plaque « mentionnant le qualificatif de nos frères Citoyens français harkis auxiliaires de police de 1959 à 1962 », à l’initiative et sous le parrainage du Syndicat France Police Policiers en colère, représenté par son secrétaire général monsieur Michel THOORIS, qui s’est déroulée à Bazoches-Lès-Bray, dans le département de la Seine-et-Marne, dans la région parisienne.

 

La cérémonie s’est déroulée le jeudi 13 septembre 2018, à 11h, avec plusieurs intervenants (élus, officiers de police nationale, intellectuels et représentants de partis en soutient à la cause Harki.
Le Groupe de travail de transition à l’article 1er de la constitution du 4 octobre 1958 a insisté sur le fait que « pour la première fois dans l’histoire le qualificatif de Citoyens français est clairement donné aux anciens combattants harkis,  généralement qualifiés de simple supplétifs ou de Français musulmans. Nous saluons le courage du Syndicat France Police Policiers en colère qui en sort grandi à l’échelle nationale dans le monde des anciens combattants et de la Police nationale dans le devoir de mémoire et la citoyenneté. Nous espérons que d’autres syndicats de Police nationale prendront en exemple l’initiative courageuse dudit syndicat, et ce afin qu’il y ait une cohésion sociale et nationale pour ne pas oublier que leurs collègues Citoyens français harkis des forces auxiliaires de police aux calots bleus, ont sauvé la vie à de nombreux Parisiens pendant cette période de 1959 à 1962 ».

 

 

Le Groupe de travail de transition exemplaire et impartial a l’article premier du 4 octobre 1958 exige la reconnaissance officielle, gravée dans le marbre par ordonnance à l’article 38 (assez des discours de bon papa !) et ne pas attendre le 25 septembre qui n’est pas une date significative, car ni historique, ni tragique, ni du souvenir… à savoir que celle qui rétablirait la manifestation de la vérité historique est le 12 mai 1962 !  Comme par exemples : la date du 11 novembre pour la Commémoration de la guerre 14-18, le 8 mai 1945, le 19 mars 1962… « Ce qui nous restituerait notre légitime citoyenneté française qui est notre sésame, car l’abandon des harkis reste encore une tâche indélébile dans l’Histoire de la Vème République ».