Il a été le plus offensif vis-à-vis de la maire sortante de Barcelone, Ada COLAU (Podemos), pendant la campagne électorale qui a précédé les municipales du dimanche 26 mai 2019. Pourtant, l’ancien Premier ministre de la France Manuel VALLS, arrivé en 4e position, a décidé de soutenir la candidature d’Ada COLAU face à l’indépendantiste Ernest MARAGALL (ERC), arrivé en tête ce dimanche là avec 5 000 voix d’avance sur la maire sortante

 

 

Au final, Ada COLAU et Ernest MARAGALL se retrouvent au coude-à-coude, en nombre de sièges : dix partout !

Seulement voilà, lorsque on fait le décompte des voix et des sièges à l’issue de cette élection barcelonaise, les séparatistes catalans sont en minorité, en nombre de voix et, surtout, en nombre de sièges : les partis indépendantistes (l’ERC d’Ernest MARAGALL, Convergència et la CUP) ont rassemblé 239 410 voix ; les partis non-indépendantistes (le Parti Socialiste Catalan, Ciutadans de Manuel VALLS et le Parti Populaire) ont obtenu eux 273 524 suffrages. Cela donne quinze sièges à l’ERC et ses alliés, seize sièges aux anti-indépendantistes.

Entre les deux, la maire sortante, Ada COLAU, obtient dix sièges (avec 150 862 voix).

La tradition, en Espagne, veut que c’est celui qui est arrivé en tête – en l’occurrence Ernest MARAGALL ici – qui devient le maire. Sauf que dans le cas présent, entre la maire sortante et son challenger il y a une égalité parfaite en nombre de sièges au sein du futur Conseil municipal de Barcelone.

Samedi prochain 15 juin, à la lueur de cette répartition, Ada COLAU a choisi d’être candidate à sa propre succession, et ce d’autant plus et d’autant mieux que Manuel VALLS a décidé de lui apporter son soutien sans condition, sans la moindre contrepartie. Réunis la semaine dernière en assemblée pour examiner le contexte et se prononcer sur cette « alliance » de circonstance, les cadres de Podemos ont accepté le soutien de Manuel VALLS.

Cette nouvelle donne place donc la maire sortante en situation favorable pour l’emporter samedi prochain, à 1 voix près !

Si tel était le cas, Manuel VALLS sortirait au final grand vainqueur de ces élections,  lui qui a toujours était très clair dans ces élections municipales : « bloquer les indépendantistes, faire barrage aux séparatistes catalans ». Il serait donc en passe de gagner son pari. Réponse dans cinq jours maintenant. Ce soutien à Ada COLAU est d’autant plus logique que les deux personnalités sont issues des rangs de la gauche. Celles et ceux, notamment de ce côté-ci des Pyrénées-Orienta(b)les, qui avaient enterré un peu trop vite l’ex-Premier ministre de François HOLLANDE pourraient en être pour leurs frais…

A suivre.