Quatre personnes connues pour détention et cession de stupéfiants, âgées d’une vingtaine d’années, ont été interpellées dimanche soir au péage de Remoulins dans le Gard, à vingt-et-un kilomètres d’Avignon par des effectifs de la brigade de recherche et d’intervention (BRI) de l’Hérault, une unité de la direction centrale de la police judiciaire spécialisée dans la filature et les interpellations délicates.

Parmi ces quatre individus, dont une femme, figure le principal suspect du meurtre du brigadier de police Éric Masson, 36 ans, tué mercredi 5 mai dans le centre-ville de la cité des Papes, alors qu’il effectuait, avec un collègue, un contrôle anti-stupéfiants.

Depuis ces interpellations, les médias – relayant la parole du Gouvernement – nous martèlent que les personnes arrêtés sont « toutes françaises et toutes nées en France »… Pourquoi une telle insistance dans le vocabulaire pour désigner des Français ?… Des binationaux ?…