Pierre Aylagas avec les Médaillés de l'année


Un millier de personnes se sont retrouvées, vendredi dernier en fin d’après-midi, à l’ Espace Jean Carrère (du nom de l’ancien maire et conseiller régional d’Argelès-sur-Mer), au village, pour la traditionnelle cérémonie de voeux destinés à la population et présentés par Pierre Aylagas (PS), maire, conseiller général et président de la communauté de communes Albères/ Côte Vermeille, entouré de son conseil municipal, ainsi que de nombreuses personnalités locales, dont : Mme Hermeline Malherbe (PS), présidente du Conseil général des P-O, Alexandre Reynal (PS), maire d’Amélie-les-Bains/ Palalda et conseiller général du canton d’Arles-sur-Tech ; et de nombreux maires du canton : Christian Nauté (Laroque-des-Albères), Mme Huguette Pons (Montesquieu-des-Albères), Francis Manent (Saint-André), Raymond Lopez (Saint-Génis-des-Fontaines), Yves Porteix (Sorède), Christian Nifosi (Villelongue-dels-Monts)…

Lors de son discours, Pierre Aylagas a insisté sur « l’Argelès-sur-Mer de 2020 » qui se construit sur les fondations de trois piliers : le lycée « Emile Combes » ; le logement (création de 400 emplois à prix modérés d’ici 2014) ; l’emploi et le développement économique.

UN LYCéE DE 1 720 éLèVES… ET UNE VILLE DE 15 000 HABITANTS EN 2020

« Longtemps, a notamment déclaré Pierre Aylagas dans son discours, Argelès-sur-Mer a été une terre de tourisme. Elle l’est toujours et elle doit en rester une place forte mais ce n’est plus suffisant aujourd’hui. L’Argelès de 2020 que nous voulons construire ensemble doit s’appuyer sur trois piliers : d’abord renforcer notre position de pôle central du sud du département. Ensuite, mettre en place une nouvelle politique de logements accessibles au plus grand nombre. Enfin, favoriser le développement économique. Notre position de pôle central du sud du département passe évidemment par la construction du lycée. L’an passé, à l’occasion des voeux, je vous avais annoncé que le Conseil régional avait officiellement voté les crédits nécessaires à la construction du lycée d’Argelès-sur-Mer. Depuis un an, nous avons travaillé main dans la main avec les équipes de la Région. Aujourd’hui, nous connaissons le contenu du futur lycée Emile Combes. L’établissement accueillera 1 720 élèves qui y suivront un enseignement général, un enseignement technologique et un enseignement professionnel. Ces 1 720 élèves sont une chance pour notre ville. Une chance d’abord pour tous ces adolescents qui n’auront plus à se rendre à Perpignan et à Céret. Une chance pour le corps enseignant qui pourra assumer les missions éducatives qui sont les siennes dans un établissement neuf. Une chance ensuite pour tous ceux qui suivront à Argelès-sur-Mer un enseignement professionnel dans des filières comme le tourisme, l’hôtellerie et la restauration en liaison directe avec notre bassin d’emploi. Une chance enfin pour l’économie et le commerce locaux puisque le lycée Emile Combes accueillera plus de 300 étudiants qui suivront des filières post-bac. Ces adultes logeront et consommeront en ville, ce qui aura des retombées positives pour l’économie locale entre septembre et juin. Cet automne, nous avons choisi avec les équipes de la Région, le cabinet d’architecture pour la construction de l’établissement. C’est le cabinet montpelliérain Emmanuel Nebout, associé à l’architecte argelésien Marc Dupré, qui a été retenu. De notre côté, nous avons lancé la procédure administrative pour la construction du gymnase du lycée. Comme les aménagements urbains qui desserviront l’établissement, il sera financé par la commune. En dehors du temps scolaire, ce gymnase sera bien sûr à la disposition des associations argelésiennes. Ce lycée, c’est l’emblème de l’Argelès-sur-Mer de 2020, ce pôle central du sud du département, nous le construisons au quotidien avec les élus, les services municipaux et ceux de la communauté de communes. Cet Argelès-sur-Mer de 2020, c’est l’urbanisation de quartiers pour permettre à des Argelésiens d’être logés dans de meilleures conditions et pour accueillir de nouveaux habitants. C’est le second pilier que j’évoquais tout à l’heure. Un exemple est significatif : la majorité des salariés du parc d’activités, soit près de 1 400 employés, n’habite pas à Argelès ! Elle y travaille, mais elle n’y réside pas. Les raisons ? Des loyers trops chers et une insuffisance de l’offre. Nous voulons donc fixer cette population active dans la commune. Ce sera positif pour le commerce et l’artisanat, les effectifs dans les groupes scolaires et la vie associative. Avec la majorité municipale, nous avions fixé en 2008 un cap de 400 nouveaux logements à prix modérés d’ici la fin du mandat. Ce cap est suivi et sera atteint en 2014 (…). Voilà comment nous agissons pour le développement économique et pour soutenir l’emploi. Voilà comment nous agissons avec les moyens qui sont les nôtres et avec une fiscalité qui est la plus faible des villes de plus de 10 000 habitants en Languedoc-Roussillon. Mes chers amis, c’est ainsi qu’avec mon équipe nous bâtissons l’Argelès-sur-Mer de 2020. De nouveaux quartiers, de nouveaux équipements publics vont sortir de terre. Ce développement est maîtrisé. Nous avons fixé pour 2020 un seuil de 15 000 habitants (…) ».

26 MILLIONS D’EUROS INVESTIS POUR MIEUX éQUIPER LE TERRITOIRE DE LA COMMUNAUTé DE COMMUNES

Puis le maire a énuméré de coût de ces grands travaux : le collège – cet été le Conseil général lancera la première tranche des travaux de modernisation du collège des Albères – c’est 8 millions d’euros de travaux ; le lycée Emile Combes, 50 millions d’euros de travaux ; le gymnase du lycée, c’est 3,5 millions d’euros ; le restaurant scolaire de Curie/ Pasteur, un million d’euros…

Chaque année, la Ville d’Argelès-sur-Mer investit 6 millions d’euros pour les écoles, la voirie et les équipements publics. En 2012, a annoncé Pierre Aylagas, « la Ville lancera l’aménagement de la partie nord du parc d’activités. Ce sont 14 entreprises d’Argelès et du canton qui s’y installeront et pourront poursuivre ainsi leur développement (…). D’ici 2014, la communauté de communes investira 26 millions d’euros dans de nouveaux équipements comme des salles polyvalentes à Sorède et Saint-Génis, des crèches à Palau-del-Vidre et Villelongue, ce qui libèrera des places au multi-accueil d’Argelès-sur-Mer (…) ».

Et Pierre Aylagas de conclure : « Avec l’équipe qui m’entoure, avec les employés municipaux, avec la participation des délégués de quartiers et des responsables d’associations dont je salue l’investissement, nous avons jeté les bases de l’évolution d’Argelès-sur-Mer jusqu’en 2020 et j’entends pleinement y participer parce que mes racines seront à jamais ici. En mon nom, au nom du conseil municipal, bonne et heureuse année à vous tous et bonne année à Argelès-sur-Mer ! Puisse 2012 qui commence, combler toutes vos espérances. Puisse 2012 vous apporter ce bien si précieux qu’est une bonne santé. Puisse 2012 offrir le succès dans chacune de vos entreprises tant personnelles que professionnelles. Puisse 2012 accorder à notre Argelès-sur-Mer, à notre pays et au monde entier une année de paix, d’entente et de solidarité. Feliç any nou ! ».

– Notre photo : Pierre Aylagas avec les Médaillés de l’année : Cathy Flouttard, présidente de l’ALEC (association pour le lycée Emile Combes) ; Jean-Pierre Auriach, coordinateur des cérémonies patriotiques ; Jean-Louis Bonnemaison, président de la société locale de chasse) ; Jean-Pierre Bisly, ancien Directeur général des services de la Ville d’Argelès-sur-Mer et président de Cap Breu (entretien du patrimoine).