Communiqué de presse.

 

 

« Argelès-sur-Mer : incompétence ou insouciance » ? par les élus indignés et honnêtes du conseil municipal

 

« A l’ordre du jour du Conseil municipal du jeudi 24 octobre 2019, 9 questions étaient inscrites.
La question n°2 concernait le compte rendu des décisions prises par le maire.
Sur ces dix-sept décisions prises, depuis le dernier conseil municipal, onze portaient sur la construction du nouveau stade de football de la Prade Basse.
Le coût total des 11 avenants présentés, s’élève à 163 956 €.

A la question posée par un élu :
« Monsieur le maire, pouvez vous nous donner le montant exact du coût de la construction du stade de la Prade Basse, ainsi que le montant précis des subventions qui ont été versées à ce jour pour ce stade ? ».
Le maire a répondu : « 2 440 000 €, pour la construction du stade », sans préciser si le montant des derniers avenants était pris en compte.
Quant aux subventions versées, réponse du maire :
« 88 000 € par la Fédération Française de Football, 560 000 € de la Région Occitanie/ Pyrénées-Méditerranée, 150 000 € de l’Etat ».
S’en est suivi un brouhaha de la part de ses collaborateurs, le conseiller régional Guy ESCLOPé lui faisant remarquer que la subvention de la Région avait été gelée en attendant le résultat d’un recours judiciaire.
Quant à la subvention de l’Etat de 150 000 €, elle n’a pas été versée et ne le sera plus, la ligne budgétaire n’existe plus.

Tous les élus le savaient, seul, Antoine PARRA, maire d’Argelès-sur-Mer, a découvert (ou il a fait semblant de découvrir ?) avant-hier soir, que les subventions de la Région et de l’État n’avaient pas été versées, et que seulement, sur un budget d’environ 2 500 000 €, 88 000 € l’ont été.
Incompétence ? Insouciance ? Mensonge ?
Il ne suit pas les comptes de la commune.
Antoine PARRA, qui se targue d’être le meilleur gestionnaire depuis bien longtemps, en réalité, se moque des Argelésiens: 710 000 € de plus ou de moins sur le budget municipal, qu’importe, il n’est pas à ça près, ce n’est pas son argent, c’est le vôtre, c’est le nôtre.
La ville mérite mieux ! ».

 

Pour le groupe des élus indignés et honnêtes,
Jean-Patrice GAUTIER, maire-adjoint.