Antoine PARRA (PS), maire d’Argelès-sur-Mer, a-t-il pété un plomb, comme on dit vulgairement dans le langage courant ?

En tout cas, les propos qu’il signe sur son Facebook ne laissent planer aucun doute quant à la réponse à cette question.

Comparer le sort des séparatistes catalans face au pouvoir central espagnol à Madrid incarné par Mariano RAJOY (Parti Populaire), avec celui du peuple syrien face à la dictature du président Bachard EL-ASSAD, fallait oser. Antoine PARRA l’a fait. Et c’est indigne d’un élu de la République. C’est en tout cas méconnaître, ou vouloir ignorer, la réalité des faits.

En attendant sur la toile les propos du maire d’Argelès-sur-Mer, qui en plus s’affiche avec son écharpe tricolore, font réagir vivement. Ils ont soulevé un véritable tollé et provoqué une indignation, même parmi les nombreux Catalans venus d’Espagne et installés aujourd’hui sous le soleil du Roussillon, à l’image de la réaction d’un élu de la Côte Vermeille : « Monsieur PARRA, quel argument attendez-vous ? Tous les humains ont la même valeur par les événements. Cela vous suffit ? Comparer la Syrie à l’Espagne, et vice-versa, est stupide et non avenu. Ces paroles ont dû dépasser les pensées d’un édile qui s’est soudain cru obligé de remplacer le ministre des Affaires étrangères… Quelle méconnaissance de la géopolitique, des peuples, de la souffrance des humains !… ».

En tant qu’élu de la République, Monsieur le maire d’Argelès-sur-Mer devrait au contraire afficher une extrême prudence, s’agissant de commenter des faits d’actualité et de société. Au lendemain des douloureux événements qui ont certes émaillé le déroulement du référendum illégal sur l’indépendance de la Catalogne espagnole, nombre de témoignages nous ont appris que la plupart des scènes de violences reprises par les medias étaient des « fake news » (fausses informations). En d’autres termes : de la manipulation.

En revanche, le calvaire que vit le peuple syrien est bien réel, hélas. Il relève des atrocités de la guerre, de l’horreur au quotidien. Oui M. PARRA, il y a en Syrie des enfants qui meurent tous les jours, des femmes qui tentent de survivre dans la barbarie, que DAESCH (l’Etat Islamique) traite comme des esclaves, il y a du côté de Damas des familles déchirées par des bombardements… Sincèrement, Monsieur le maire d’Argelès-sur-Mer, pensez-vous honnêtement que c’est cela qu’inflige Mariano RAJOY à la Catalogne ?

Il y a un célèbre slogan qui disait « le poids des mots le choc des photos » (campagne publicitaire pour l’hebdomadaire Paris Match) et qui de fait nous invite à savoir raison garder.

Il y a aussi tous ces gens que votre comparaison, incroyable, a évidemment choqué, blessé. Comme le commentaire que vous a adressé une certaine Caty (l’orthographe de son prénom et de son nom vous ramènera peut-être à la réalité), qui n’hésite pas, en quelque sorte, à vous remonter les bretelles (comme devraient le faire la Ligue des Droits de l’Homme, le Consul d’Espagne à Perpignan, le Préfet des P-O, tous les élus de la République, les démocrates de tous bords, à commencer par les élus de votre Conseil municipal, en condamnant avec fermeté vos propos insensés)…