Il avait pourtant déclaré dans les colonnes du canard local « Que chacun devrait prendre ses responsabilités« , dans le conflit social qui oppose les policiers municipaux à la municipalité d’Argelès-sur-Mer… Pourtant Monsieur le maire, Antoine PARRA (PS), par ailleurs vice-président de la Communauté de communes Albères/ Côte Vermeille/ Illibéris, n’aura pas laissé le choix à ses agents : comme la loi l’y autorise, afin d’assurer la sécurité publique ce samedi 11 mars 2017 en soirée, lors de la traditionnelle cavalcade nocturne, Antoine PARRA ni une ni deux a décidé de réquisitionner sa Police municipale (PM). Du jamais vu de la part d’un maire socialiste ! C’est même historique, de la part d’un syndicaliste qui ironise sur la situation en ces termes : « Monsieur le maire a dégainé son 49-3 ! C’est ahurissant de la part d’un élu de gauche ».

Ainsi donc, pour le carnaval, le maire d’Argelès-sur-Mer a réquisitionné les 9 policiers municipaux qui devaient être « de permanence » sur le calendrier… mais qui avaient déposé un préavis de grève pour la journée de demain. Antoine PARRA les oblige donc a assurer la protection du défilé de 17h jusqu’à minuit dans les rues du village et à la plage…

Dans ce contexte, les relations ne sont pas prêtes de s’améliorer entre les uns et les autres. Bien au contraire, jour après jour, elles s’enveniment. D’autant que, sûr et certains de leur bon droit, les policiers municipaux ne sont pas prêts de lâcher le morceau. Ces derniers n’ont pas dit leur dernier mot : une réaction pour le moins inattendue pourrait atterrir dès demain matin sur le bureau du maire d’Argelès-sur-Mer.

Rappelons que le conflit social porte sur la revalorisation de  l’Indemnité Administrative et Technique (l’IAT), adossée à l’indemnité spécifique de fonction… et que l’actuel maire en a hérité de son prédécesseur (le député socialiste Pierre AYLAGAS).