Suite aux événements tragiques qui se sont déroulés à Nice, dans la soirée d’hier, 14 Juillet 2016 jour de Fête Nationale, la Ville de Perpignan et la commune d’Argelès-sur-Mer ont décidé de mettre tous leurs drapeaux en berne, aux frontons des bâtiments municipaux, afin d’exprimer leur solidarité avec les familles des victimes et les habitants de la ville de Nice.

Sous le titre Odieux, atroce et abject, Jean-Marc PUJOL, maire de Perpignan, a réagi dès les premières heures de la matinée sur son blog en ces termes : « Hier soir, en pleines festivités célébrant notre fête nationale, le 14-Juillet, à Nice un « camion-fou » a littéralement roulé sur une marée humaine pendant plusieurs centaines de mètres, tuant des dizaines de personnes sur son passage. Les images de ce carnage diffusées par les réseaux sociaux font froid dans le dos. Elles sont épouvantables, horribles. Révoltantes (…). Cette attaque est d’autant plus odieuse, atroce et abjecte qu’elle est intervenue pendant une journée si particulière qui célèbre la Liberté, l’Egalité et la Fraternité, une journée qui célèbre tous les ans les valeurs fondamentales de la Démocratie et qui s’appuie donc sur une devise qui fait de notre République Française un pays pour tous. Au nom des Perpignanaises et des Perpignanais, je veux dire ici que j’apporte tout mon soutien aux victimes de cette ignoble attaque, ainsi qu’à leurs familles. Dès les faits connus, j’ai d’ailleurs adressé un message au président de la Région Provence-Alpes-Côte-d’Azur, Christian Estrosi, ancien maire de Nice, et à travers lui à son successeur, Philippe PRADAL, ainsi qu’à tous les Niçois. Ces actes innommables de barbarie ne doivent surtout pas engendrer la psychose et la haine (ce que recherchent leurs auteurs), ils doivent au contraire nous rapprocher, nous souder dans le respect de toutes les familles endeuillées (…) ».